La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Événement & Grand Fonds Dialogues d’artistes

juillet 2013 | Le Matricule des Anges n°145 | par Richard Blin

Parution des deux premiers volumes d’une collection dédiée à la correspondance de Blaise Cendrars. Échanges en toutes lettres avec Henry Miller et Robert Guiette.

Sous le signe du départ : entretiens avec Blaise Cendrars

Blaise Cendrars - Henry Miller : Correspondance 1934-1959, “Je travaille à pic pour descendre en profondeur”

Blaise Cendrars - Robert Guiette : Lettres 1920-1959, “Ne m’appelez plus... maître”

Comme un bonheur ne vient jamais seul, parallèlement à la publication en Pléiade des Œuvres autobiographiques complètes de Blaise Cendrars, les éditions Zoé lancent leur collection « Cendrars en toutes lettres » qu’inaugurent deux titres.
Le premier est une nouvelle édition de la correspondance avec Henry Miller (Denoël, 1995), enrichie de quelques lettres adressées à des proches (Anaïs Nin, Frédéric Temple, Miriam Cendrars…), et des textes qu’ils ont consacrés à leurs œuvres respectives. Elle débute avec une lettre accompagnant l’envoi à Cendrars de Tropique du Cancer, le premier livre publié de Miller qui venait de paraître, en anglais, à Paris (1934). Celui-ci a 44 ans, est inconnu, tandis que Cendrars, qui en a 47, est deux fois célèbre, comme poète et comme romancier. Un livre que Cendrars va aimer, « livre royal, livre atroce, exactement le genre de livres que j’aime le plus. Le livre d’un étranger qui débarque à Paris, qui s’y perd, qui y perd pied », écrira-t-il dans le premier article reconnaissant la valeur de Tropique du Cancer. Un enthousiasme qui s’explique aussi par d’indéniables similitudes, « car moi aussi mon cher Henry Miller, j’ai erré pauvre et transi dans les rues hostiles d’une grande ville à l’étranger où je ne connaissais pas âme qui vive, et où j’ai écrit mon premier livre, c’était dans votre vieux New York, mon vieux…, mais ceci est une autre histoire. » Auparavant, et en réponse à l’envoi de Miller, Cendrars aura été le saluer chez lui, Villa Seurat, laissant l’Américain abasourdi. Il écrit à Anaïs Nin : « En tant qu’homme j’ai dû le décevoir, je n’ai presque rien dit. Et pourtant quelle journée ! Quelle nuit (…) Épique. (Tout en français, d’ailleurs, car il refuse par principe de parler anglais) (…) J’étais le con parfait. » Une correspondance un temps interrompu – Miller a quitté la France en 1939 pour n’y revenir qu’en 1953 – pleine de sincérité et d’échanges sur les difficultés de l’écriture, leurs projets éditoriaux, leurs peines et leurs joies. Certes, on sent Miller toujours un peu intimidé, mais la complicité est évidente si les styles sont différents, Miller amplifiant Cendrars distillant.
Il n’en est pas de même dans la correspondance qu’échangèrent Cendrars et Robert Guiette (1895-1976), un jeune médiéviste belge de 25 ans, passionné de poésie et pour qui Cendrars est Le poète moderne par excellence. Un volume qui ne comporte que deux lettres de Guiette – les deux seules conservées – et où l’on découvre un Cendrars au ton constamment cordial, mais dont l’amitié n’ira jamais jusqu’à l’intimité. S’il confie à l’universitaire qu’il utilise la ponctuation comme « une indication rythmique et non de syntaxe », c’est surtout le rôle de guide éclairé qu’il joue. Quand Guiette lui envoie sa thèse, il n’en lit que la moitié et lui écrit : « C’est intéressant, mais parfaitement inutile. » Lorsqu’il est interrogé sur sa vie, Cendrars répond : « Je ne sais pas parler de moi. Je n’ai pas le temps et vivre...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°145
6.50 €
LMDA PDF n°145
4.00 €