La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Papiers collés & cie

octobre 2013 | Le Matricule des Anges n°147 | par Emmanuel Laugier

Théodore Balmoral N°71

La revue Théodore Balmoral a passé depuis un bail l’âge de l’enfance, puisqu’elle atteindra en 2015 ses trente ans. Si, à cet âge, certains balbutient encore, Th. B., lui, n’attendit pas celui de raison pour affirmer sa précocité en matière de lettres dures : depuis le temps, la revue maintient donc un cap. Sa 71e livraison ne déroge pas à la règle, réunissant des écrivains libres, ironiques et irrévérencieux. La fiction courte (proses tout en nonchalance, l’air de rien, de Jacques Réda, dont il faut lire l’éloge nostalgique des talus de verdure jouxtant, toujours, les routes de bitume exquis) se mêle à l’essai bref, à la note ou encore à la divagation ou au poème, tel est l’esprit rassembleur de Théodore Balmoral. La poésie est introduite d’emblée par une citation assez sublime de Henri Thomas : « Qui a connu entre quatorze et dix-huit ans cette lutte sans objet, sans pensée, toute en espoir muet, me comprendra si je dis que le langage de la poésie m’est devenu nécessaire comme l’air dès l’instant qu’il m’a touché (Supervielle)… ». Thierry Bouchard, le cavalier solitaire de cette revue, lui rend d’ailleurs hommage, relisant et exposant ce que Paul de Roux écrivit dans ses carnets sur ce dernier comme sur personne, rappelant le lien qui les lia profondément et ce sur quoi De Roux, l’ami disparu trop tôt, s’arrêtait lors de leur entretien. Bouchard y recopie un long poème de De Roux, en qui Thomas aurait reconnu sans nul doute la puissance de toute véritable poésie : « Bretagne verte, nappée d’eau,/ le train un moment suit une rivière, sa vallée,/ puis c’est une plaine, quelques meules,/ le jaune éteint des céréales, le maïs vert/ et des arbres disséminés ici et là,/ restes de forêts démembrées, un tunnel,/ dans le maïs un pan de colza doré, les nuages/ au ventre sombre, aux arêtes de neige/ on s’enfonce dans une tranchée, puis c’est un bois (…) ».
La revue nous offre également à lire les 10 pages du Dossier M. (Georges Perros) : daté de 1956, ce journal sentimental (« notes en rien ridicules » y écrit-il) narre les grâces d’une jeune femme, Monique, les rayons peut-être sans objet de son désir (on lira ici la très rigoureuse introduction qu’en fait Marc Le Gros), Jean Roudaut écrivant de la relation aux femmes : « D’avoir fait le vide en lui le rendait disponible à chacun (…) La jeune fille n’est pas, à ses yeux, une tentation qui pourrait devenir une proie ; elle est l’équivalent d’un objet transitionnel  ». Retenons également de cette riche livraison, la correspondance croisée (1949/1963) entre Jean Paulhan et Edmond Jabès, les sortes de vétilles (si proches des Papiers collés de Perros) de Jean-Luc Sarré ainsi que les notes, petits poèmes en prose ras où l’ordinaire s’illumine comme des taches sur une nappe, de Petr Král au titre si juste (« Dans le solide déglingué »).

Emmanuel Laugier

Théodore Balmoral N°71
192 pages, 20
5, rue Neuve Tudelle 45100 Orléans

Papiers collés & cie Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°147 , octobre 2013.
LMDA papier n°147
6.50 €
LMDA PDF n°147
4.00 €