La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Into the wild

janvier 2014 | Le Matricule des Anges n°149

Construire un feu

Présomptueux petit point dans l’étendue blanche : un homme marche dans le Grand Nord. Étrangement insensible à la terrible inhospitalité du lieu. Seul, ou presque – à ses pas, un chien. Seul, avec le sentiment, nourri par le « sang chaud qui circulait allègrement dans ses veines », d’être « plus fort que l’hiver ».
Comment « quelques centilitres d’eau » glacée – un pauvre trou d’eau caché sous la pellicule de glace – défont cette maîtrise illusoire et laissent l’homme irrémédiablement vaincu : c’est ce que décrit Construire un feu, cette nouvelle de Jack London dont les éditions Libertalia publient une nouvelle traduction accompagnée de la ligne massive des illustrations de Tanxxx. La publication des deux versions successives du texte (1902 et 1908) laisse voir l’épure progressive du récit – la disparition de l’identité, du contexte, de l’espoir : si « Tom Vincent » s’en sort avec quelques orteils gelés, « l’homme » de la seconde version succombe à un engourdissement mortel. Et, de l’une à l’autre, l’apparition du chien redit la rupture de l’homme et de la nature, la surdité de la raison à l’instinct, et surtout l’incapacité à établir avec l’Autre (le monde, l’animal) un rapport qui ne soit pas de domination ou d’exploitation.
London sait cela, lui qui, à l’âge de 21 ans, se fit chercheur d’or au Klondike, cette rivière qui serpente entre le Canada et l’Alaska, là même où prend place cette fable tragique réduite peu à peu à l’essentiel – une fragile étincelle de vie qui, par maladresse ou malchance – à l’image de quelques allumettes tombées dans la neige – s’éteint dans l’indifférence implacable de l’hiver.

Valérie Nigdélian-Fabre

Construire un feu
Jack London
Traduit de l’anglais (états-Unis) par Philippe Mortimer
Illustrations de Tanxxx
Libertalia, 80 pages, 7 

Into the wild
Le Matricule des Anges n°149 , janvier 2014.
LMDA PDF n°149
4.00 €