La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Passé composé

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151

Numéro historique de Lignes, « Les politiques de Maurice Blanchot » revient sur le passé d’extrême droite de l’auteur de L’Écriture du désastre.

Lignes N°43 (les politiques de Maurice Blanchot, 1930-1993)

Pour éviter tout malentendu, il faut d’abord dire que la revue Lignes, laquelle publia souvent lettres et textes de Blanchot, y compris politiques, se devait de revenir sur ce que l’on ne savait que déjà trop, dès 1976 (le revue Gramma publiant quatre textes politiques des années 30) du/des passé(s) de Blanchot. Dire que cet examen critique, nécessaire et scrupuleux, n’écarte ni ne dévalue l’enjeu que l’œuvre de Blanchot a et tient dans la littérature de l’après-guerre. Lignes interroge au contraire ce qui put conduire un penseur si fin, dont la « conversion du fascisme à un certain communisme », dite exemplaire, à euphémiser, à minorer, à cacher, voire à dissimuler à ses amis et interlocuteurs, ce qu’il écrivit en son nom et parfois en tant que rédacteur de 1930 à 1940 dans différentes revues, telles que Le Journal des débats, Combat, L’Insurgé… Si l’on peut s’étonner que le volume constitué par Les Cahiers de la Nrf, paru cinq ans après sa mort (M. B. Écrits politiques, 1953-1993), n’ait pas jugé nécessaire de les y regrouper tous (alors que disponibles à la Bnf), afin d’en proposer une analyse méthodologique et historiographique, ce numéro de Lignes éclaire enfin ce qui, dans son œuvre, fit se croiser autant l’insoupçonnable que l’inavouable.
À presque 24 ans, et ce jusqu’en 1940, Blanchot fut un rédacteur scrupuleux d’une extrême droite nationaliste (maurassienne), « voire d’un fascisme à la française » (Philippe Lacoue-Labarthe), dont la violence (celle de son auteur) appelait au terrorisme et au meurtre politique, dont celui des représentants du Front Populaire, et de Léon Blum particulièrement. Celle-ci fut l’indice de la révélation d’un antisémitisme de pensée ambigu (c’est toute la question – que certains dirent « ponctuel », « modéré » ou « raisonnable » ! et que lui-même nia), mais elle constitua aussi la hargne de ses refus futurs, mot devenu alors leitmotive de ses engagements après-guerre. La longue analyse que donne François Raimondi est éloquente, par les contre-vérités ou imprécisions qu’elle rétablit, les citations qu’elle donne à lire, telle celle-ci, parue dans Combat (1936) : le Front populaire y étant jugé « un conglomérat d’intérêts soviétiques, juifs, capitalistes », qu’il faut rappeler « par la peur à la raison », c’est-à-dire « abattre ».
Comment penser le passage d’une écriture du refus, du rejet, de l’écart, de la rage, qui habite M. B. dès les années 30, à ce qui constituera son autre pensée (gauche radicale et philosémite), au moins publique de 53 à 93 ? Comment se reporter de l’un à (ou sur) l’autre, de l’insurgé et anticonformisme d’extrême droite fascisante à un certain communisme de pensée (dès 1953) tout dirigé contre De Gaulle, la Guerre d’Algérie (dont le Manifeste des 121), puis tendu vers les événements de Mai ? Comment entendre cette « conversion » alors que des explications peu claires, qui disent la préciser, masque le passé que Blanchot dénie presque* ? Les textes ici réunis, dont le très fort entretien entre Jean-Luc Nancy et Mathilde Girard, y répondent tous (y compris en hypothèses philosophiques), de la trahison intérieure au désœuvrement, de la contrition à l’effacement, ou à cet « ébranlement de la rupture, qui emporte avec lui jour et nuit » (Michel Surya), c’est-à-dire vers ce que M. B. distinguait habilement de l’écriture (de jour) politique à celle de nuit (qui serait pensée et condition de la littérature).
Qu’il n’y a sans doute plus à distinguer l’une de l’autre, jusque dans l’emportement d’une pensée ayant voulu se penser au-delà de sa négativité, voire par-delà sa souveraineté à atteindre son « abandon sans limite », c’est ce que vise Surya en une analyse sans concession. Ce dernier rappelle aussi comment Blanchot, accusant Heidegger de ses erreurs (de 33-34), s’accusa lui-même, « la question centrale de [son] inconséquence (…) pos[ant] en permanence le plus grave des problèmes par rapport à sa pensée même ».

Emmanuel Laugier

Lignes N° 43
236 pages, 22  ;

* Il faut comparer les textes ici cités avec la lettre publiée in extenso que Blanchot adresse à ce sujet à Roger Laporte, in : Jean-Luc Nancy, Maurice Blanchot, passion politique (Galilée, 2011).

Passé composé
Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4.00 €