La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Zola sous cocaïne

avril 2015 | Le Matricule des Anges n°162 | par Éric Dussert

Patrícia Galvão (1910-1962) n’était pas une Brésilienne de tout repos : féministe scandaleuse et militante communiste trop ingérable pour un parti communiste dépassé, elle mena de petits métiers en activités suspectes une existence vouée à l’agit-prop sous les pseudonymes de combat de Pagu ou de Mario Lobo. Au point de devenir la première prisonnière politique du Brésil et d’écoper de plus de cinq ans de prison durant la décennie 1930. Et dès 1932, outre un journal satirique, elle rédigea un roman, Parc industriel, qui s’avère être le premier roman prolétarien publié au Brésil. D’inspiration aussi féministe que marxiste, on y suit le parcours de femmes de São Paolo sur un mode vif et imagé par des dialogues que la traduction d’Antoine Chareyre sert très bien.
Enfants mal nourris, grèves, maris au chômage, drapeaux rouges, ateliers textile, c’est la vie du lumpenprolétariat du quartier de Bras qui se déploie sous sa plume à un rythme trépidant, saynète après saynète. « Elle n’a plus jamais travaillé. Quand elle a faim elle écarte les jambes devant les hommes. Elle était sortie de prison. Avait voulu mener une vie nouvelle. Sollicité un emploi de domestique au Diario Popular. Elle est prête à rendre n’importe quel service à n’importe quel prix. » Pagu, c’est Zola revu par Fénéon, Frapié sous cocaïne – pas le temps de se lancer dans des descriptions –, une rage de témoigner de la réalité ouvrière comme les journalistes tiennent la chronique des grands boulevards : à la six-quatre-deux. Sans recherche esthétique, et même avec brutalité. On en sort sonné, mais ébahi par le talent de cette jeune journaliste en herbe, sorte de Roberto Arlt énervé qui porte le couteau entre les dents pendant qu’elle écrit. Bref, une découverte particulièrement frappante.

Éric Dussert

Parc industriel de Patrícia Galvão
Traduit du portugais (Brésil) par Antoine Chareyre
Prologue de Liliane Giraudon
Le Temps des cerises, 168 pages, 14

Zola sous cocaïne Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°162 , avril 2015.
LMDA papier n°162
6.50 €
LMDA PDF n°162
4.00 €