La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Éric Dussert

Message Envoyer un message

Éric Dussert

Articles

Action-remémoration Né en 1895, Marcel Sauvage fut l’un des rouages discrets du XXe siècle littéraire. Souvenirs de l’auteur des Mémoires de Joséphine Baker. Selon Renée Dunan, Marcel Sauvage était un « homme charmant, timide et doux ». Elle le disait dans Clarté le 16 octobre 1920. Quelques années plus tard, Jean Maxe, le tenant des Cahiers de l’Anti-France trouvait lui aussi à cet « artiste pauvre et si bien doué » assez de talent. Et même s’il était libertaire à tendance individualiste, il n’avait pas aux yeux du nationaliste Maxe la fâcheuse tendance au communisme de certains de ces congénères… Réfractaire « avec des curiosités bourgeoises » et des envies d’art, il récusait l’art de classe de Martinet, se détacha de Clarté, « trompe-l’œil...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

La Grande Descente

de Roger Riffard

Les Jardiniers du bitume

de Roger Riffard

Chez Temporel. Célébration d’André Hardellet

de Patrick Cloux

Mélancolies prolétaires

Roger Riffart réédité, André Hardellet plébiscité : la littérature du peuple ne disparaît pas du paysage éditorial. À l’heure où l’on veut planter des verdures partout, la réédition des Jardiniers du bitume de Roger Riffard paraît couler de source. Ce livre de 1956 appartient à la très excellente récolte des éditions Julliard qui menaient alors la danse avec les éditions Denoël. Après Jacques Yonnet, Jean-Paul Clébert, André Vers ou Claude Seignolle, il était inévitable qu’on aborde enfin Roger Riffard, le...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Doubar et autres récits du goulag

de Georgui Demidov

Chair à Dalstroï

Physicien russe brillant, Georgui Demidov n’évita pas le goulag. Non content d’y trimer, il trouva moyen de réinventer l’ampoule et de survivre. Le Russe Georgui Demidov incarne mieux qu’aucun autre le phénoménal gâchis perpétré par la dictature stalinienne de sa propre population. En arrêtant opposants, intellectuels et tout individu coupable de crimes politiques imaginaires, et en profitant de cette quantité d’hommes et de femmes expédiée au goulag, le régime soviétique faisait d’une pierre deux coups : limiter drastiquement les...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

L’odeur des jasmins

Son grand-père lui racontait la prise d’Alger de 1830. L’écrivaine et traductrice Jeanne Terracini (1911-2015), amie de Camus, y aura connu les joies de l’enfance puis l’éloignement irrémédiable. Jeanne Terracini appartient à une génération qui a connu deux guerres et quelques libérations, pas toujours vécues dans la joie puisqu’elle appartenait à ces pieds-noirs qui s’exilèrent au moment de l’indépendance en 1962. Elle appartient aussi à la cohorte des fantômes de l’édition, les traductrices et traducteurs, dont le nom se perd encore trop souvent dans les sables de la mémoire, comme...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Le Temps qu’il fait à Middenshot

de Edgar Mittelholzer

Un vent de folie

Terriblement étrange, l’œuvre romanesque d’Edgar Mittelholzer se révèle pourtant très drôle parfois, envoûtante toujours. Edgar Mittelholzer a tourné autour de la folie avant d’y sombrer. On s’en doutait un peu après avoir lu Eltonsbrody (Éditions du Typhon, 2019), un sombre roman de 1960 qui a pris pour scène une maison isolée sise sur une île des Barbades. Dépeigné par le vent, complètement dépassé par les événements angoissants qu’y narre Mittelholzer, on avait peiné à distinguer dans cette œuvre aux allures...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223