La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Éric Dussert

Message Envoyer un message

Éric Dussert

Articles

Remous et clapotis Graveur et prosateur, Jean-Paul Hippeau a vécu loin des regroupements mondains. Son œuvre parle d’une vie tendue vers la Création, depuis la Beauce. Mes images et mes écritures », c’est tout ce qui importe à Jean-Paul Hippeau, fier artiste installé sous les toits, au cinquième étage du 71, rue de Rome. Dans la revue Les Amitiés (février 1931), la journaliste Claude Chauvière évoque son « magnifique orgueil de solitaire ». Elle avait dit antérieurement à Claude Pierrey, qu’elle incitait à rencontrer Hippeau : « C’est un lion, avec un béret de velours et un gilet à fleurs. Il imprime ce qui lui plaît sur un méchant gaufrier. Fastueux et pauvre, il incarne le dernier des romantiques… » Et en matière de presse, le gaufrier devait être...
octobre 2022
Le Matricule des Anges n°237

Le Faussaire de Salt Lake City. Meurtres et manigances chez les Mormons

de Simon Worrall

Un poème et deux enterrements

Le journaliste Simon Worrall retrace dans un récit trépidant l’itinéraire d’un faussaire, mormon apostat, expert en chimie et point mauvais poète. Ça n’est pas pour sa poésie que Mark William Hofmann restera dans les annales. Il a pourtant écrit un assez bon poème d’Emily Dickinson. Cette dernière, disparue depuis 1886, n’en a évidemment rien su, mais tous les experts de son œuvre. Jusqu’à ce bibliothécaire de la ville de la poète, Amherst dans le Massachussetts, dindon de l’escroquerie relayée volontairement par Sotheby’s, maison sans...
octobre 2022
Le Matricule des Anges n°237

Dans les paysages d’Anne Serre

Issu de deuils, empreint de mystères, le monde d’Anne Serre se déploie sous le regard de Kafka, de Rousseau et de Robert Walser. Il forme un panorama toujours changeant, et pourtant singulier. À deux pas du jardin du Luxembourg, non loin du Panthéon, Anne Serre vit entre ciel et terre au dernier étage d’un immeuble sans ascenseur. Elle nous reçoit dans son salon. Au mur, plusieurs petites photos encadrées d’écrivains et de cinéastes qui comptent pour elle. De part et d’autre, sa bibliothèque, où elle ne conserve que les livres qui l’ont marquée (les autres sont dans sa maison...
octobre 2022
Le Matricule des Anges n°237

L’art de la joie

Menant avec persévérance une œuvre foisonnante, Anne Serre a toujours manifesté une indépendance farouche, beaucoup d’audace et de liberté. Métalittéraire sans quitter jamais les terres de la fiction et du songe, elle a créé un univers à elle, son envoûtant théâtre personnel. Le nature enjouée mais de tempérament discret, Anne Serre publie des romans et nouvelles depuis quarante ans. Cette année, Hollywood s’est emparé de son tout premier livre, Les Gouvernantes, qui donnait en 1992 le ton de l’œuvre à venir : dans une demeure campagnarde, trois gouvernantes enfiévrées délaissent les jeunes garçons à leur charge pour poursuivre leur propre jouissance, sous le...
octobre 2022
Le Matricule des Anges n°237

Le Pays des sapins pointus

Et autres récits
de Sarah Orne

Agrestes séjours

Chantre de la vie rurale, Sarah Orne Jewett fit de sa connaissance d’un milieu le matériau de son œuvre. Elle fut pourtant négligée en France. Au cours de l’année 1890, la France était informée par les grâces de la fée Presse et dans les pages du Charivari, de la parution d’un livre épatant : Le Roman de la femme-médecin. L’auteure en était une certaine Sarah Orne Jewett et l’éditeur Jules Hetzel et Cie. On ne présente plus son pignon ni sa rue. Le titre du roman avait de quoi séduire – et le sujet de le femme-médecin plaît toujours...
septembre 2022
Le Matricule des Anges n°236