La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Mémoire vive

juin 2015 | Le Matricule des Anges n°164

Lettres pour le monde sauvage

S’il est un écrivain « modelé » par l’Ouest américain, c’est bien Wallace Stegner. Né dans une ferme de l’Iowa, il grandit dans plusieurs états de l’Ouest, dont le Montana et l’Utah. Disparu en 1993, il a publié plus d’une soixantaine de romans et d’essais tous dédiés à la défense des espaces sauvages. La publication de ce recueil de douze textes écrits entre 1940 et 1980 permet de découvrir un homme marqué par son enfance et terriblement inquiet quant à l’avenir.
Le premier texte est une lettre émouvante à sa mère, « Lettre, bien trop tard ». Le dernier est un texte militant, « Lettre pour le monde sauvage ». Deux écrits qui jalonnent donc la trajectoire d’un homme jusqu’à son engagement écologique. Les récits autobiographiques alternent avec des passages contemplatifs et des réflexions politiques. Stegner exprime l’intuition d’une perfection initiale du monde : « C’est un paysage de cercles, de rayons, d’exercices de perspective – un paysage de géomètre. » Mobilité du ciel, stabilité de la terre, il est convaincu de la présence d’une harmonie immuable inscrite dans la nature, que l’homme ne cesse de perturber. « Tout paraît inchangé, étonnamment inchangé et pourtant obscurément différent ». Partout il y a des marques de dégradation. Se crée alors en lui un devoir auquel il ne peut se dérober car issu « d’une réminiscence profonde, insoutenable ». Il voudrait voir naître une éthique de la terre : « Il y a eu de la magie ; elle s’est évanouie sous le sol ». Son approche présente des similitudes avec celle des Indiens. Plaidant pour d’autres rapports de l’humain avec la nature que ceux de l’appropriation et de l’exploitation, il nous incite à résister contre cet « enlaidissement progressif » qui ne peut conduire qu’au « déclin de notre santé mentale et de notre joie de vivre ».

Yves Le Gall

Lettres pour le monde sauvage
Wallace Stegner
Traduit de l’américain par Anatole Pons
Gallmeister, 196 pages, 22

Mémoire vive
Le Matricule des Anges n°164 , juin 2015.
LMDA PDF n°164
4.00 €