La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur L’art de la joie

juin 2015 | Le Matricule des Anges n°164

Servi par un graphisme impeccable, Le Tripode (littérature et livre illustré) impose depuis deux ans son identité comme son impudence. À sa tête, Frédéric Martin, 40 ans, un jeune homme curieux à l’énergie inépuisable.

L’art de communiquer sa passion. Qu’il évoque les livres parus ou ceux à paraître, Frédéric Martin est insatiable. « Certains choisissent de voyager, moi je préfère publier des livres… » Diplômé d’une école de commerce, ce Marseillais, qui vécut à Tahiti (son père était militaire), a une solide expérience. Il a travaillé de 2001 à 2007 aux éditions Viviane Hamy, contribuant à la découverte de la Hongroise Magda Szabó ou au succès de L’Art de la joie de l’Italienne Goliarda Sapienza. Dans la foulée, il cofonde l’enseigne Attila en compagnie de Benoît Virot, avant que chacun ne prenne son indépendance : Le Tripode naît en juillet 2013. Et que de chemin parcouru. On lui doit la réédition de Sade vivant de Jean-Jacques Pauvert, la relecture d’Edgar Hilsenrath, de Juan José Saer, de Jacques Abeille… Parmi son Panthéon littéraire, il cite Arno Schmidt, Raymond Roussel, Francis Ponge, Jules Verne. Autrement dit des grands aventuriers du langage et de l’imaginaire. Ce dont témoigne son catalogue (déjà une trentaine de titres), auquel il faudrait ajouter un sérieux intérêt pour les rapports entre texte et image.
« Avoir constitué un tel catalogue aussi rapidement, c’est un rêve. » Il parle de chance. « C’est presque un luxe aujourd’hui de publier un ouvrage sans se demander s’il y a un public pour ça . » Et d’évoquer ses « petits miracles » : L’Ancêtre de Juan José Saer (5000 ex. vendus), Poésie du gérondif de Jean-Pierre Minaudier (10 000 ex.), Le Tout va bien du collectionneur de titres de presse Adrien Gingold (17 000 ex.)
En attendant, Le Tripode fait paraître en octobre Vie ? ou Théâtre ?, l’œuvre intégrale de Charlotte Salomon, cette jeune Allemande juive assassinée à Auschwitz. Un projet colossal : 840 pages, 1600 gouaches, 300 000 signes. « Pour moi, c’est le premier roman graphique de l’histoire, publié dans son format d’origine, à mi-chemin entre Anne Frank et le Maus de Spiegelman. »

Le Tripode marche sur trois pieds : la littérature, le livre dessiné et des ouvrages inclassables (Fabienne Yvert, Denis Dubois…). Donc une diversité de genres, mais aussi de formats, de propositions graphiques. En quoi pour vous cet éclectisme est-il un moteur ? 
Un éditeur est avant tout un lecteur. Et, en tant que lecteur, je me nourris de choses différentes. Je ne vois pas pourquoi il devrait en être autrement lorsqu’il s’agit de publier des livres.
Mais, à la place d’éclectisme ou de diversité, je préfère le terme de singularité. Il souligne plus simplement ce besoin d’ailleurs qui guide mes choix. D’un livre à l’autre, il s’agit de trouver ce qui me surprend et me réjouit. Je serais incapable de publier quelque chose avec le sentiment que l’équivalent existe déjà ailleurs. Et comme je n’ai pas l’esprit de collection, je ne vois pas pourquoi je me priverais de publier quelque chose à partir du moment où j’y ai pris du plaisir, que ce soit un simple recueil de nouvelles de presse (Le Tout va bien) ou une œuvre...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°164
4.00 €