La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Du côté des hommes

février 2016 | Le Matricule des Anges n°170 | par Anthony Dufraisse

Nous sommes de plus en plus nombreux, et c’est heureux, à tenir Fabienne Swiatly en très haute estime. La qualité première des beaux livres que sont Gagner sa vie, Boire, Unité de vie, c’est une sincérité dans la voix. Une authenticité que l’on retrouve dans Du côté des hommes. Il s’agit d’éclats autobiographiques, de fragments de vie, dont les hommes sont en quelque sorte les prismes. Autant d’échos d’une quête de soi portés par une bande-son. Chaque texte se place en effet sous le signe d’une chanson, de Polnareff à Bowie en passant par Rita Mitsouko, NTM ou Serge Reggiani. « La musique a autant accompagné ma vie que les livres », confie Swiatly. Ce livre est pour ainsi dire comme un juke-box. À chaque pièce introduite dans cette machine qu’est la mémoire, un morceau s’enclenche. N’allez pas croire qu’il serait question essentiellement des hommes de sa vie, non ; ce sont plutôt des vies d’hommes, amis ou amants, figures familières ou furtives rencontres d’un soir, des vies d’hommes, donc, qui à un moment donné se sont mêlées à la sienne. Des voix, des silhouettes qui, d’une façon ou d’une autre, pour le pire ou le meilleur, l’ont marquée. La mémoire convoque aussi bien des souvenirs au plus loin de l’enfance meurtrie que dans un présent qui paraît encore très proche. Il y a des plaisirs volés, des moments d’accord parfait, des blessures dévoilées ou entraperçues aussi, en tout cas peu de censures quand même on entre dans son intimité. Pour dire cette vie de femme au plus près des hommes, l’écriture se fait presque notations, comme si Fabienne Swiatly voulait restituer ces scènes de façon brute. Non sans rappeler la manière de faire d’une Annie Ernaux, elle parle d’elle sans apprêt ni fausse pudeur. Elle est comme elle est, ici forte, là fragile, insaisissable ailleurs. Elle ne veut rien expliquer ou justifier, elle cherche seulement à exprimer, toujours à la recherche du mot juste, du regard juste.
Anthony Dufraisse


DU CÔTÉ DES HOMMES
DE FABIENNE SWIATLY
La Fosse aux ours, 122 pages, 16 e

Le Matricule des Anges n°170 , février 2016.
LMDA PDF n°170
4.00 €