La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Giratoire

février 2016 | Le Matricule des Anges n°170 | par Franck Mannoni

Deux êtres fragiles partagent un bout de chemin sur les routes drômoises, se fuient et se cherchent, hors du temps, rebelles aux contingences. Lui, Joaquin Reyes, a hérité d’une tâche délicate : réaliser un projet de décoration pour un petit rond-point perdu en pleine campagne. Elle, Vivienne Hennesy, l’accompagne en tant que représentante du siège de sa société. Fantasque échalas, elle ne plaît guère au créatif : « Tout en elle était froid et clair, yeux, cheveux, peau ». Vivienne en a autant à son égard : « Son projet lui ressemble, ambitieux et raté ». En reprenant à son compte les vers d’un poème d’Yves Bonnefoy, « L’Été de nuit », qui revient comme un mantra, Dominique Paravel se charge de réunir les deux incompatibles. L’écrivain met en scène la lutte intérieure qui les ronge au fil des kilomètres. Leurs sentiments naissants sont en effet bridés par leurs a priori sociaux. Grâce à une composition judicieusement croisée – les mêmes séquences sont souvent racontées successivement par chaque personnage –, la dictature des apparences éclate au grand jour. Que d’incompréhensions, de méprises et de procès d’intention, seulement étayés par quelques indices trop vite analysés. Joaquin est lunaire, parfois capricieux ? Ce sont les symptômes de ses crises diabétiques, une maladie qu’il veut à tout prix cacher à son employeur par crainte d’être licencié. Vivienne paraît imprévisible, égoïste, brusque ? Elle est brisée par un passé traumatique que tout lui rappelle. Son enfance à l’abri des besoins matériels dissimule de profondes fêlures. À leur manière, ils refusent le présent. La bulle sensorielle et sensuelle qui leur sert de refuge constitue leur point de rencontre. Giratoire est un roman dont on s’imprègne, emporté par le vertige d’une structure tout en spirale. Une perte de repères qui abolit le temps des horloges (tous les retards y sont savamment entretenus) et brouille les identités. Il propose une autre forme de contrat social, fraternel et humaniste, pour supporter le fardeau du quotidien : chacun doit « partager le vin et l’orage  ».
F. M.

GIRATOIRE
DE DOMINIQUE PARAVEL
Serge Safran éditeur, 197 pages, 16,90

Le Matricule des Anges n°170 , février 2016.
LMDA PDF n°170 - 4.00 €