La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L' Hirondelle rouge

février 2017 | Le Matricule des Anges n°180 | par Anthony Dufraisse

Ce qu’écrire est pour moi : une façon d’aimer et d’être un peu moins seul », disait le trop oublié Marcel Arland dans Proche du silence. Jean-Michel Maulpoix pourrait faire siens ces mots, lui dont le lyrisme mélancolique sait, dans une veine autobiographique, toucher la corde sensible. Clin d’œil à un tableau de Miró, l’hirondelle rouge du titre a ici le cœur qui saigne. C’est que le « vieux fils » confectionne, pour ses parents disparus, un récit en forme de garde-mémoire fragmenté. Non pas un requiem grandiloquent mais, à voix basse, « des paroles pour notre ici-bas ». Pas tant un éloge funèbre qu’une suite de « divertimento (qui) fut naguère le nom de ces petites musiques de nuit que l’on dirait faites exprès pour l’oubli de l’obscur ». Et plutôt que des couronnes encombrantes, c’est « un bouquet de fleurs d’encre » qu’il offre aux défunts. À l’homme qui se présente comme « un semblant de poète », ces « carnets de deuil » ouvrent ainsi des territoires enténébrés : « puits de nuit », « bois noirs », « terre noire ». Ayant pour toute lumière la bougie vacillante de quelques mots lucioles, Maulpoix arpente de « sombres chemins » où il guette, présentes-absentes, l’apparition des « ombres silencieuses » : « Je continue de chercher dans mon encre les yeux de mon père, les mains de ma mère ». Souvent métamorphosée en « corbeau posé sur l’épaule », l’hirondelle du titre n’annonce pas le proverbial printemps, mais l’hiver des sentiments qu’il faut combattre.
Avec une infinie pudeur, Maulpoix dit ce froid, à l’intérieur, qui serre le cœur. Mais aussi cette chaleur d’une affection profonde qu’il faut, par fidélité aux êtres chers, tisonner encore, tant bien que mal, quitte à se brûler. Aux mots le poète tente donc de se raccrocher comme aux branches ; ce sont les fagots qui achèvent de consumer le chagrin du fils éploré. Quel désir après – avec – la tristesse ? semble demander le poète. Composés à petites touches, ces tableautins mêlent ainsi signes de vie et « signaux en provenance de l’au-delà ». Car il bat encore, ce cœur qui pleure. Anthony Dufraisse

Mercure de France, 122 pages, 12

Le Matricule des Anges n°180 , février 2017.
LMDA papier n°180
6.50 €
LMDA PDF n°180
4.00 €