La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mille pas, mille sons

avril 2017 | Le Matricule des Anges n°182 | par Éric Dussert

À trois mois de la faille estivale, deux publications passionnantes nous invitent à réviser la programmation de nos vacances pour en exclure la plage et le tourisme urbain : Hautes solitudes, un reportage sur la transhumance en arrière-pays provençal, et La Forêt sonore, fruit d’un colloque ouvert par Wim Wenders en 2015, qui ausculte la forêt comme paysage sonore. Si l’on imagine n’être pas en terre littéraire on se trompe : la journaliste Anne Vallaeys, membre fondatrice du quotidien Libération, nous raconte le périple qu’elle a entrepris « à pas de brebis ». Partant de Camargue, elle a suivi le trajet de la Grande Transhumance qui, depuis le Moyen Âge, menait les brebis sur plusieurs centaines de kilomètres à Lavercq dans les Alpes. À une époque où les voies rapides et les zones commerciales n’entravaient pas la circulation des troupeaux, l’écrivaine Marie Mauron (1896-1986) avait raconté La Transhumance (Amiot-Dumont, 1959). C’était autre chose : les diesels n’étaient pas maîtres du transport des troupeaux. Aujourd’hui, c’est un souvenir de la routo qu’Anne Vallaeys traque à travers un écheveau de carraires et de drailles, dans des paysages magnifiques. Nul doute qu’elle sera l’inspiratrice de nombreux marcheurs en quête du « paradis frais des pelouses alpines ». Côté forêt, la biologiste Rachel Carson alertait déjà la planète il y a cinquante-cinq ans sur le Printemps silencieux des oiseaux devenus taiseux face à la disparition des espèces. Dans un contexte aggravé, La Forêt sonore fait le point sur la dimension sonore de la forêt évoquée par le cinéaste Bresson, le cinéma japonais, Adalbert Stifter ou le poète Robert Marteau dont la geste forestière bruisse fort. Pour accompagner la lecture, un CD offre les sons de cinq forêts de continents différents enregistrés par Fernand Derrousen. Éric Dussert

Hautes solitudes. Sur les traces des transhumants, d’Anne Vallaeys, La Table ronde, 252 p., 17,50
La Forêt sonore, de l’esthétique à l’écologie, dirigé par Jean Mottet, Champ Vallon, 222 p. avec un CD, 24

Mille pas, mille sons Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°182 , avril 2017.
LMDA papier n°182
6.50 €
LMDA PDF n°182
4.00 €