La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Dépositaires de vie

avril 2017 | Le Matricule des Anges n°182 | par Camille Cloarec

Le récit autobiographique que l’Américaine Vivian Gornick consacre à sa mère est un hommage détonant et vibrant.

Attachement féroce

Nous sommes toutes deux prisonnières d’un étroit tunnel intime, passionné et aliénant ». Ainsi en est-il du rapport qui unit la narratrice, femme d’une quarantaine d’années, à sa mère. Le joli oxymore que constitue le titre du roman de Vivian Gornick illustre à lui seul cette ambivalence. L’amour filial, selon l’auteure, est tout à la fois impossible et essentiel. Bien plus tôt, la petite fille qu’elle était l’avait réalisé : « avec maman, l’enjeu était clair : j’avais du mal à respirer, mais j’étais sauve ». Si la fille et la mère ne peuvent se passer l’une de l’autre, elles ne peuvent pas non plus se supporter. C’est cette complexité sentimentale qu’Attachement féroce s’évertue à expliciter.
Le récit recoupe les promenades contemporaines dans les rues de Manhattan, qui ont tout d’un rituel, avec le passé commun. Les deux femmes déambulent et se disputent, se souviennent, se réjouissent. Un défilé de silhouettes oubliées défile. Il y a la folle Mrs Kerner, incapable d’effectuer la moindre tâche domestique, Nettie Levine et ses innombrables liaisons, et bien d’autres épouses délaissées. Cette série de portraits dépeint une époque (les années quarante) et un lieu (le quartier juif du Bronx) à jamais disparus, au cœur desquels régnaient « un calme morose, une torpeur érotique, la banalité ordinaire du déni quotidien  ». Les héroïnes féminines, pour la plupart soumises à une figure masculine, sont les plus marquantes. « Futées, versatiles, illettrées, on les aurait crues issues des romans du naturaliste Theodore Dreiser », se rappelle la narratrice.
Ces souvenirs peuplent les conversations des deux marcheuses. La vie de Vivian Gornick, journaliste très reconnue aux États-Unis, se dessine peu à peu. Un parcours bien différent de celui de sa mère, qui après s’être consacrée à l’amour, devint une veuve éplorée – « pleurer papa devint son activité, son identité, son rôle ». En effet, l’auteure est une femme divorcée, investie dans la cause féministe. Et si les liaisons qu’elle entretient et le mode de vie qui est le sien désespèrent sa mère, elles ne sont pourtant pas si éloignées l’une de l’autre. Toutes deux sont bien « deux femmes aux inhibitions étonnamment proches, liées parce qu’elles ont passé toute leur vie ou presque dans l’orbite l’une de l’autre  », qui s’aiment et se détestent, s’attirent et se fuient. À l’image de sa relation avec sa mère, le récit de Vivian Gornick est pétri de contradictions, d’hésitations, de renoncements. Témoignage d’une admiration et d’un attachement sans bornes, il rend un hommage émouvant à cette figure irritante, complémentaire et irrésistible qu’est une mère. Camille Cloarec

Attachement féroce, Vivian Gornick
Traduit de l’américain par Laetitia
Devaux, Rivages, 224 pages, 20

Dépositaires de vie Par Camille Cloarec
Le Matricule des Anges n°182 , avril 2017.
LMDA papier n°182
6.50 €
LMDA PDF n°182
4.00 €