La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Ni bruit ni fureur de Lucien Suel

avril 2017 | Le Matricule des Anges n°182 | par Richard Blin

Poète polymorphe, Lucien Suel, né en 1948, aime se définir comme poète ordinaire pratiquant une « poésie élémentaire ». Mais c’est d’abord un poète de la terre du Nord et des réalités communes, de tout ce qui est là, plus ou moins proche et précaire, de la fourmi aux étoiles. Après Je suis debout (2014), voici le second volume de sa poésie, sous forme d’un triptyque célébrant l’Enfance au Nord, Le jardin et Les disparus.
Usant de la prose poétique, du haïku, de vers arithmogrammatiques (dont il est l’inventeur et qui comptent chacun le même nombre de signes typographiques) – c’est le réel qu’il dit, dans sa rigueur, son humilité, sa beauté. Une poésie – de la chose vue, vécue, partagée – qui arpente les jardins oubliés de l’enfance, ressuscite la voix et le souvenir des disparus. Le cadre, on le connaît : la plaine, les champs, les pluies interminables, une rivière s’allongeant entre peupliers et saules, et puis la mer du Nord et les « vociférations des mouettes et goélands tapageurs ». C’était l’époque où « on ne pensait pas qu’un jour le train roulerait sous la mer », où l’on écoutait « les radios pirates émettant depuis des cargos » où Bob Dylan allait souffler dans le vent « des nouvelles de la fille du Nord, la fille aux cheveux d’or ». S’entend souvent, sous les mots que Lucien Suel travaille comme une matière, l’écho du rythme des poètes de la Beat Generation qu’il a aimés et traduits. Comme on entend aussi du picard, cette langue en loques et moquée qu’il a contribué à réhabiliter avec Ivar Ch’ Vavar à travers les livraisons du Jardin ouvrier (Flammarion, 2008) et de L’Invention de la Picardie. Un livre fait des plissements d’une mémoire fièrement revendiquée et hantée par le souci de ceux que la société a dupés, exploités ou marginalisés.

Richard Blin

La Table Ronde, 176 pages, 16
Du même auteur paraît également une fiction, Angèle ou le syndrome de la wassingue (Cours toujours, 96 pages, 14 )

Ni bruit ni fureur de Lucien Suel Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°182 , avril 2017.
LMDA papier n°182
6.50 €
LMDA PDF n°182
4.00 €