La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Paris-austerlitz de Rafael Chirbes

octobre 2017 | Le Matricule des Anges n°187 | par Martine Laval

Roman d’amour – ou plutôt mise à nu de l’amour – Paris-Austerlitz, texte posthume de l’Espagnol Rafael Chirbes a l’art de mettre le lecteur K.-O., à bout de souffle, exsangue, inapte à toute autre lecture pour un bon moment. Tant de passion, de douleur, de solitude, en si peu de pages au rythme surchauffé, comme un SOS de désespoir, comme s’il y avait urgence totale alors que ce texte fut écrit sur une vingtaine d’années, entre 1996 et 2015, et achevé peu de temps avant la mort de l’auteur. Deux décennies pendant lesquelles Chirbes, pour qui « écrire c’est bêcher le langage  » a publié des romans radicaux sinon testamentaires sur l’amnésie de l’après-Franco, l’affairisme, la trahison des idéaux de toute une génération, la sienne. En secret, sans peut-être oser le publier de son vivant, Chirbes portait donc en lui cette histoire d’amour, crue et poétique, cruelle et magique, un brûlot sur le désir, le sexe, quand deux hommes « se bouffent  » de passion : « Lucrèce le dit : les amants veulent se bouffer l’un l’autre. Ils croient que c’est possible. Ils deviennent fous. » Puis les amants se délaissent, se déchirent, s’éloignent. Le narrateur, jeune artiste peintre en devenir, fuit Madrid, sa famille autoritaire et puritaine, débarque à Paris, ville symbole de la liberté, et vit une liaison explosive avec un ouvrier de trente ans son aîné. Soudés par une folie des corps, l’alcool à n’en plus finir, des jeux extrêmes, tout pourtant les sépare – l’âge, la classe sociale, l’ambition. L’amour est un piège, un cachot où l’on meurt à petit feu, étouffé, paralysé, semble penser Rafael Chirbes. L’amour est déchéance. N’empêche, l’auteur de Crémation, hanté par cette histoire fantomatique, démoniaque, lui offre ses plus belles pages : «  Quand il parlait, je regardais ses lèvres et je le désirais, j’étais hypnotisé. »
Face à une décadence inéluctable, Rafael Chirbes, poète des bas-fonds comme le fut Jean Genet, maudit le monde et ne cesse de croire en la vie : « A quelle rhétorique pouvons-nous nous raccrocher qui réenchanterait pour nous cette fin du vingtième siècle ? Qui fera pousser de la poésie là-dessus ? »

Martine Laval

Paris-austerlitz de Rafael Chirbes
Traduit de l’espagnol par Denise Laroutis, Rivages, 180 pages, 20

Paris-austerlitz de Rafael Chirbes Par Martine Laval
Le Matricule des Anges n°187 , octobre 2017.
LMDA papier n°187
6.50 €
LMDA PDF n°187
4.00 €