La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Martine Laval

Message Envoyer un message

Martine Laval

Articles

Plus bas dans la vallée

de Ron Rash
Gentleman Writer En quelques nouvelles ancrées sur sa terre natale des Appalaches, l’écrivain Ron Rash réinvente la nature humaine. Bouleversant. Sycomores, bouleaux, noyers, tous sont à terre. C’est le soir, les hommes ont posé les haches. Les bûcherons sont affamés, éreintés. De la montagne désormais chauve, plus aucun bruit ne parvient sinon le gémissement des blessés, mains tailladées, pieds estropiés, morsures de crotales. Certains s’en sortiront plus ou moins capables de rempiler le lendemain, les autres grossiront le cimetière « où bientôt ça ne va pas tarder à se bousculer là-dedans ». Déjà, dans ces années 30, alors que l’Amérique sombre dans la Grande Dépression, si les hommes souffrent et meurent, la faune et la flore...
novembre 2022
Le Matricule des Anges n°238

Pour tout bagage

de Patrick Pécherot

C’est extra (pas tant que ça)

Les années 70, une jeunesse en effervescence, la révolution qui s’en vient. Patrick Pécherot en maître du roman noir et politique. Avec le temps, tout s’en va – peut-être. Avec le temps, on n’aime plus – ou plus pareil. Difficile, quand au rythme des trémolos de Léo Ferré, on ouvre la boîte à souvenirs, qu’on fouille et met à jour sa jeunesse, ses illusions, ses amitiés, ses amours, de ne pas sombrer dans la nostalgie, sentiment doucereux, et pire, de virer vieux con : « Encore un peu et je les aurais soutenus, les...
octobre 2022
Le Matricule des Anges n°237

Partie italienne

de Antoine Choplin

Gaspar, Giordano et Marya

Pour son dixième roman, Antoine Choplin écrit une histoire d’amour aussi torride que poétique. Partie italienne comme un voyage hors du temps. On dit que Clément VIII, imbu de son pouvoir comme tout bon pape, se mit à l’abri des regards derrière une petite fenêtre d’un immeuble du Campo de’ Fiori, et qu’ainsi caché face au bûcher placé en son centre, il regarda mourir Giordano Bruno. C’était à Rome en février 1600. L’Inquisition battait son plein. Galilée se rétracta, pas lui, pas Giordano Bruno, philosophe, poète, scientifique...
septembre 2022
Le Matricule des Anges n°236

Un palmier en Arctique. Voyages imaginaires à travers l’Europe

de Nick Hunt

À deux pas de chez nous

L’écrivain voyageur britannique explore à pied – et avec tendresse – des bouts mal connus d’Europe. Quand poésie et politique marchent à l’unisson. Être ailleurs mais pas si loin. Oublier les heures. Se fier à la lumière et se laisser tomber dans une autre dimension. Poser un pied après l’autre vers l’inconnu. Découvrir les traces de l’Histoire, sa route chaotique depuis la nuit des temps, « se retrouver entre le passé et l’avenir ; entre ce qui s’étire sous nos pieds et ce qui se profile à l’horizon ». Humer les vents, la pluie, la...
juillet 2022
Le Matricule des Anges n°235

On est bien arrivés

de Renaud Epstein

Utopie béton

Illustré de cartes postales, On est bien arrivés de Renaud Epstein raconte la France des grands ensembles. Un voyage dans le temps captivant et émouvant. En ce temps-là, la croissance allait bon train. L’avenir était à portée de main. La modernité entrait chez chacun. Moulinex libérerait bientôt la femme et l’État construisait à tour de bras et ce, dès le milieu des années 50, des logements, des grands ensembles, pour le peuple qui en avait bien besoin. À la pénurie quantitative d’après-guerre s’ajoutait l’insalubrité d’où la colère d’un...
juin 2022
Le Matricule des Anges n°234