La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Martine Laval

Message Envoyer un message

Martine Laval

Articles

Les Falaises

de Virginie Dechamplain
Le grand dehors La toute jeune écrivaine québécoise réinvente le récit d’apprentissage. Et signe un premier roman truffé de vitamines du bonheur. Des fois j’aimerais qu’il y ait quelqu’un d’autre qui respire pour moi.  » Des fois, la vie, faut crocher dedans et lui trouver des mots à la mesure de son chaos. Virginie DeChamplain a fait front. Elle a même mis des bourrasques et des déflagrations dans son écriture, des effluves du Saint-Laurent, des senteurs de Gaspésie, « l’air salin comme une ligne de coke ». L’auteure écrit en français mais c’est une autre langue qu’elle nous donne à lire : une baraquée, genre prête à la bagarre, genre ce que j’écris je le pense, le défends ; ce que j’écris, c’est ma douleur et mon espoir. Une...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Le Livre des départs

de Velibor Colic

Aux dépossédés

Comme toujours écorché vif et débridé, il galvanise avec tendresse et humour l’autofiction. Et prend racine dans sa langue d’adoption. C’est l’histoire d’un mec qui s’appelle Velibor Čolić. Il pèse 107 kg et mesure 1,95 m – chiffres énoncés dès la troisième ligne de son nouveau roman. Il poursuit les présentations, nous confirme qu’il est polyglotte, sait écrire en deux langues, le français (c’est vrai) et le croate. Il est aussi réfugié politique et donne au déracinement de superbes phrases, syncopées, jazzy  : « Ma...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210

Ainsi parlait ma mère

de Rachid Benzine

Lettre à la mère

C’est une déflagration. Une déclaration d’amour. Un feu d’artifice de tendresse. Quand la pudeur ne sert qu’à nommer les choses de la vie, leur donner sens. D’emblée, le narrateur prend des précautions mais avertit qu’il se moque bien des quand dira-t-on. Oui il a 50 ans, il est professeur de lettres, oui il est célibataire, peut-être même vieux garçon, et oui il a décidé de vivre avec sa...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210

Parce que les fleurs sont blanches

de Gerbrand Bakker

Dans le silence de la nuit

Dans la veine de Là-haut, tout est calme, l’écrivain néerlandais fait face à ses démons et s’insinue dans une famille fissurée. Un roman tout en pudeur. Nous étions deux garçons et un seul corps. » À la vie, à la mort. Deux êtres unis à jamais, ce serait cela l’amour ultime : ne faire qu’un. Les romans du Néerlandais Gerbrand Bakker sont hantés par la gémellité, le double « cet autre moi-même », l’identité, le genre, et puis la perte, la fuite, l’abandon. Tout un peuple de fantômes qu’il faut tenir à distance, tant de désirs enfouis. Déjà,...
janvier 2020
Le Matricule des Anges n°209

Samedi soir, dimanche matin

de Alan Sillitoe

La colère monte

Histoire d’un jeune prolo insoumis dans l’Angleterre des années 50. Réédition de Samedi soir, dimanche matin, roman bourré de rage. Il a tout du mauvais garçon, le parler, la dégaine, la machiste attitude, irritante en diable. Il est ouvrier, travaille à la chaîne, est payé à la pièce. Il s’en fout. Il est jeune, 20 ans, tête fougueuse et muscles d’acier, il trime, bat de vitesse ses collègues, gagne nettement plus. Et alors ? Chacun pour soi. Faut pas le chercher. Parfois, il cogne. Souvent, il boit. La baston et les...
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208