La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Tombée des nues

janvier 2018 | Le Matricule des Anges n°189 | par Franck Mannoni

Le livre très créatif de Violaine Bérot pourrait être oulipien. Le travail sur la forme, le rythme, la recherche sur les entames de paragraphes, l’absence de point : tout concourt à faire de l’ouvrage un jeu d’écriture. Dans cet élan, l’auteure propose même une lecture double : la simple et traditionnelle linéarité du texte d’une part, ou alors une approche par personnage, en suivant les renvois qui figurent au bas de chaque très court chapitre. On se plaît à papillonner dans l’œuvre. Un aspect ludique qui est tout sauf stérile. Cette ligne brisée sert au mieux l’histoire de ce couple terrassé par une naissance inattendue : « et puis sur le haut de ses cuisses j’ai vu le sang, les glaires, des traces de saleté, j’ai vu ça et je me suis dit putain c’est pas vrai ». Car ni Marion ne savait qu’elle était enceinte, ni son compagnon, Baptiste, qui n’a rien deviné non plus. Tous deux vivent paisiblement à l’écart d’un petit village en élevant des chèvres. Traumatisée, hébétée, Marion souffre d’un déni de grossesse. Elle se sent coupable : « j’aurais dû être heureuse, pleurer de bonheur, sentir le lait gonfler mes seins, mais non, rien ». Face à ce cataclysme, tous les habitants du bourg se mobilisent. Dédé, d’abord, qui prend soin du troupeau de Marion, Tony, l’ami fidèle et dévoué, et tous les autres, qui se réunissent au café des Adèles pour prendre les mesures de solidarité qui s’imposent. Il n’y a que Madame Peyre, l’épouse du maire, commère attitrée, qui combat cette bienveillance en évoquant une maltraitance. Dans un épisode tragicomique, le père de Marion commence par faire un refus de grand-paternité, pour fondre, évidemment, devant sa petite-fille. La sage-femme, elle, pose une lecture psychologique et humaniste sur ce drame. Elle sait qu’il faut donner du temps à Marion.
Avec élégance, Violaine Bérot atteint son but : défendre l’idée que l’instinct maternel n’existe pas, que la maternité s’appréhende et se construit de manière différente pour chaque femme, au-delà des clichés et de la pression sociale.
Franck Mannoni

Tombée des nues de Violaine Bérot
Buchet-Chastel, 160 pages, 13

Le Matricule des Anges n°189 , janvier 2018.
LMDA papier n°189
6.50 €
LMDA PDF n°189
4.00 €