La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Plancher de Perrine Le Querrec

avril 2018 | Le Matricule des Anges n°192 | par Yann Fastier

S’il en est encore pour mettre la sacro-sainte famille au pinacle, la lecture de ce bref récit devrait définitivement les calmer. Perrine Le Querrec y suit au plus près ce que l’on sait de la vie de Jeannot, jeune paysan béarnais qui se laissa mourir de faim en 1972, après avoir gravé à la chignole et à la gouge un long texte délirant sur le plancher de sa chambre. Il avait de qui tenir : jamais cellule familiale ne porta mieux son nom que celle où les siens s’étaient enfermés. Les siens : le père, violent et tourmenté, la mère, murée dans un silence haineux, les trois enfants, enfin, dont une seule échappera par le mariage à ce nœud de vipères. Jeannot, le plus jeune, sera celui qui s’enfoncera le plus loin dans l’horreur. Engagé volontaire en Algérie, il rentre après le suicide de son père et sombre définitivement dans la démence. Une démence partagée dans un effrayant huis clos avec la mère et la sœur aînée, dont la mort, en 1993, permettra la découverte et le sauvetage du plancher gravé par son frère, exposé désormais de façon pérenne sur l’une des façades de l’hôpital Sainte-Anne, à Paris.
Il est toujours délicat de se glisser dans la folie d’un autre. Perrine Le Querrec s’y risque avec un certain savoir-faire, en habituée des archives psychiatriques (Jeanne L’Étang, Bruit blanc, 2013) mais aussi en poète, tant il semble impossible, parfois, d’évoquer de telles souffrances sans mettre la langue elle-même à nu. Atteindra-t-elle cependant jamais un tel degré de dénuement, une telle cruauté que le texte de Jeannot, tel qu’il est donné à lire dans toute sa brutalité en fin d’ouvrage ? Il est bien sûr permis d’en douter : une telle entreprise ne va jamais sans un peu d’artifice, que Perrine Le Querrec compense toutefois par une vraie force d’évocation, presque graphique (on verrait bien ce livre illustré par un Manu Larcenet, par exemple). Ce que confirme L’Éveilleur à l’occasion de la réédition de ce texte, en le faisant précéder d’une couverture assez stupéfiante, due à la photographe Isabelle Vaillant.

Yann Fastier

Le Plancher de Perrine Le Querrec
L’Éveilleur, 126 pages, 15

Le Plancher de Perrine Le Querrec Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°192 , avril 2018.
LMDA papier n°192
6.50 €
LMDA PDF n°192
4.00 €