La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Chemin sans retour

septembre 2018 | Le Matricule des Anges n°196 | par Julie Coutu

Il y a d’abord Sara, discrète et posée, avec sa vie en retrait, projetée ce jour de mai 2011 seule sur scène, quand elle apprend que son unique fils, Jason, est porté disparu quelque part en Afghanistan. Jason, le fils prodige, l’enfant solaire, en quête de père et de mémoire, engagé dans les forces spéciales américaines après le 11-septembre. Onze jours, c’est le temps entre l’annonce de la nouvelle et la fin. Le temps du deuil. Lea Carpenter trouve le juste équilibre entre factuel, fictionnel et sentimental. Onze jours prend parfois des aspects documentaires, sans que la trame du roman se perde jamais. Le récit va et vient, entre Sara qui espère et Jason, cruellement présent, bien qu’on sache dès les premières pages qu’on ne le reverra pas. Ses courriers, ses mails, livrent l’évolution de sa perception du monde, de son rapport à l’autre, de la construction de sa personnalité. Les SEAL (le roman est hyperdocumenté) lui offrent la voie vers une libération de la figure paternelle, qui couvre l’ensemble du récit. Onze jours est construit par pans de mémoires, bribes de lettres, appréhensions, angoisses, espoirs et immédiateté. C’est une histoire intime, que Lea Carpenter transforme en autre chose, comme un objet hybride, tout à la fois roman d’apprentissage, récit épistolaire, travail sur le souvenir. Et s’il y a dans la construction de Onze jours quelque chose de très artificiel, presque factice, lié à l’usage du langage, au choix des situations, pourtant, Lea Carpenter convainc. Peut-être parce qu’au-delà de l’histoire, elle ramène à l’essence de la tragédie, à la Grèce antique. Citant Auden et le Bouclier d’Achille, ou bien Apollonios de Rhodes et les Argonautiques, rappelant Priam, qui supplie Achille de lui laisser le corps d’Hector. Les guerres modernes n’inventent rien, et certainement pas la douleur des mères.

Julie Coutu

Onze jours, de Lea Carpenter
traduit de l’américain par Anatole Pons
Gallmeister, 272 p., 22

Chemin sans retour Par Julie Coutu
Le Matricule des Anges n°196 , septembre 2018.
LMDA papier n°196
6.50 €
LMDA PDF n°196
4.00 €