La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Julie Coutu

Message Envoyer un message

Julie Coutu

Articles

Debout dans l’eau

de Zoé Derleyn
Guider vers ailleurs Premier roman de Zoé Derleyn, Debout dans l’eau raconte quelques saisons d’une enfance solitaire, qui laisse à la mort l’espace pour faire son œuvre. Certains romans, au fil des mots, des émotions levées, des images, des sensations, vont s’insinuant, privilégiant une lente imprégnation pour trouver leur chemin, s’installer, envahir l’espace de leur imaginaire. Ils avancent tranquillement, posent un lieu, des personnages, une ambiance, un questionnement, jusqu’à ce que le lecteur en arrive à se persuader qu’il ne pourra pas s’extraire de leur univers. C’est précisément à cette fin que tout concourt dans ce Debout dans l’eau de Zoé Derleyn, un texte entre non-conte de fées et histoire à chagrin, entre rêveries d’enfance et mondes...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Un papillon, un scarabée, une rose

de Aimee Bender

Émotions singulières

Fantaisiste et délicat, Un papillon, un scarabée, une rose d’Aimee Bender dit la difficulté à composer avec ce qui nous entoure, sans crainte. Ce qui dit peut-être le mieux Aimee Bender, l’auteure du mélancolique Singulière tristesse du gâteau au citron (L’Olivier, 2013), c’est une certaine idée de la douceur. Et de la douceur, dans ce roman qui dit la folie maternelle, l’abandon, la peur de l’autre, de l’autre en soi, la difficulté à grandir et partir, la nécessité à vivre ailleurs et loin, il en fallait. Il en fallait, au point de...
février 2021
Le Matricule des Anges n°220

L' Île invisible

de Francisco Suniaga

L’Île invisible, de Francisco Suniaga

Une enquête. Une mort accidentelle pas tout à fait claire, une île lointaine et paradisiaque, une veuve trop belle peu éplorée : L’Île invisible démarre façon polar sous les tropiques. Mais c’est pour mieux désorienter. Sur l’île Marguerite, ou Margarita, il y a le rêve et l’envers du décor. Quand on pénètre le paradis de carte postale, l’image se fendille, très vite. Dans ce Venezuela par...
avril 2021
Le Matricule des Anges n°222

Ce genre de petites choses

de Claire Keegan

Noël à l’irlandaise

Un roman façon conte de Noël, hors du temps. On pense à Dickens. Minutieuse et sensible, Claire Keegan s’attache à dire au plus près la nature humaine. Claire Keegan aime la forme brève, la nouvelle, pour l’intensité qu’elle impose. Ce genre de petites choses est un très court roman, une novella, tout juste une centaine de pages. Noël 1985 ; le froid glacial, les boulets de charbon, le couvent clos derrière ses murs, appartiennent certes à un autre siècle mais n’en demeurent pas moins très proches. On peut compter les années, et mieux...
janvier 2021
Le Matricule des Anges n°219

Walker

de Robin Robertson

Plan séquence

Sur les traces de Walker, vétéran, une traversée de l’Amérique, avec ses contradictions et cette mémoire dont le poids ne cesse de s’alourdir. New York. New York qui vit, bat, grouille : « Les métros sont des rivières souterraines, / en crue éclair toutes les cinq minutes, / sous la pulsation des gens. » New York pour se racheter, et tout recommencer, New York pour oublier. « Manhattan, c’est là qu’on se réinvente ; mobilité, anonymat, tout est possible. C’est ce que je suis venu chercher. Chaque rue est un théâtre, chaque théâtre...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217