La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La Robe blanche, de Nathalie Léger

septembre 2018 | Le Matricule des Anges n°196 | par Chloé Brendlé

La Robe blanche

Bippa Bacca, printemps 2008. C’est l’histoire de Pippa Bacca. C’est l’histoire d’une écrivaine qui cherche à comprendre le geste d’une artiste italienne jamais revenue de sa traversée de l’Europe en autostop et en robe de mariée.
C’est un livre un peu gonflé. Parce qu’il tient d’abord à un fil, sanglant – le fait divers ; parce que ce fil s’entrecroise à un autre, tout de suite, celui, infime, de la mère geignante et têtue de la narratrice, avide de « Justice ». Qu’une femme puisse l’avoir bien cherché, c’est ce que se risque à explorer Nathalie Léger, ce autour de quoi elle tourne et se retourne, interrogeant d’un côté la performance artistique, voulant croire que celle-ci relève d’une « logique de fer pour s’immerger dans sa propre inquiétude », consentant de l’autre à relire les papiers d’un vieux dossier juridique, à réanimer quelques souvenirs familiaux, à dire la victime.
Tendu par un désir, une écriture, c’est par sa pulsation que ce livre peut-être inapproprié, incongru, peut aimanter son lecteur. Entrer dans le cœur du réacteur, toucher du doigt la fascination, l’envie de dire, sentir l’art du montage d’un auteur (l’entrecroisement des fils, la reprise des scènes comme on rembobine un film ou l’on feint de rectifier en direct sur l’écran), c’est ce que permet ce bref et vibrant récit. La Robe blanche n’est pas seulement une approche, c’est aussi une proposition, ou plutôt une contre-proposition, qui viserait à enregistrer une « histoire » de la performance féministe (de Waiting de Faith Wilding au début des années 70 aux performances les plus récentes de Marina Abramović ou Marie-Ange Guilleminot). Directrice de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Nathalie Léger fait alors œuvre d’archive en réunissant des gestes, en exhaussant le singulier parmi une communauté à venir, en poursuivant l’entreprise courageuse de recollection des âmes seules engagée par L’Exposition (2008) et surtout Supplément à la vie de Barbara Loden (2012).

Chloé Brendlé

La Robe blanche, de Nathalie Léger
P.O.L, 140 pages, 16

La Robe blanche, de Nathalie Léger Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°196 , septembre 2018.
LMDA papier n°196
6.50 €
LMDA PDF n°196
4.00 €