La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les billes du Pachinko, d’Elisa Shua Dusapin

septembre 2018 | Le Matricule des Anges n°196 | par Yann Fastier

Les Billes du Pachinko

Claire, une jeune femme d’origine coréenne, revient au Japon visiter ses grands-parents, qui tiennent un établissement de pachinko, cette version nippone de la machine à sous, entre flipper et bandit manchot. Elle tente de les convaincre de l’accompagner en Corée, où ils n’ont plus mis les pieds depuis plus de cinquante ans. En attendant, elle donne des cours de français à Mieko, une petite fille solitaire pour laquelle elle se prend d’une affection à la mesure de son propre désarroi.
« Le pachinko est un jeu collectif et solitaire » écrivait Roland Barthes dans L’Empire des signes. Rien ne saurait mieux servir d’exergue à ce court roman de la Franco-Coréenne Elisa Shua Dusapin, où la question de l’autre est en effet cruciale. L’autre et, surtout, le moyen de lui parler. Claire a oublié ce qu’elle savait de coréen, sa grand-mère refuse de parler japonais et Mieko doit s’exprimer en français : personne ici ne se comprend tout à fait, chacune est obligée d’en passer par une autre langue que la sienne, qu’elle maîtrise mal. Les conversations achoppent dans une légère inadéquation qui donne au récit une tonalité diffuse, un peu flottante qui, paradoxalement, débouche malgré tout sur une forme de clarté. Entre une grand-mère qui perd légèrement la boule et une gamine qui dort dans une ancienne piscine d’hôtel, la jeune auteure n’en rajoute jamais dans l’incongru. Loin des poncifs et de Murakami, son Japon nous apparaît au contraire singulièrement terne, presque absent, à vrai dire, ou d’un exotisme à l’envers, à la façon de ce parc à thème un peu fatigué où Claire et Mieko s’en vont visiter une reconstitution du village de Heidi.
Littéralement couverte de lauriers pour son précédent Hiver à Sokcho (Zoé, 2016), Elisa Shua-Dusapin ne s’endort pas dessus pour autant et rafle à nouveau la mise. Le pari était pourtant risqué : Dieu sait si le roman contemporain nous l’aura souvent fait, le coup des trois générations de femmes !

Yann Fastier

Les Billes du Pachinko, d’Elisa Shua Dusapin
Zoé, 139 pages, 15,50

Les billes du Pachinko, d’Elisa Shua Dusapin Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°196 , septembre 2018.
LMDA papier n°196
6.50 €
LMDA PDF n°196
4.00 €