La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Miss Sarajevo

septembre 2018 | Le Matricule des Anges n°196 | par Franck Mannoni

Joachim Sirvins vit « sac sur l’épaule, appareil photo au poing, ses souvenirs autant que possible au rebut ». Le jeune Français, qui a 20 ans au début de la guerre de Yougoslavie, traîne ses guêtres dans la ville symbole de Sarajevo, alors dans l’impasse humanitaire. En 1993, l’armée fédérale et les milices serbes assiègent la ville. Les tireurs embusqués s’entraînent sur cibles mobiles, principalement des civils. Venu chercher l’oubli et flirter avec la mort, Joachim y trouve l’amitié d’une autre journaliste engagée, Vesna. Il y croise Zladko, un résistant et sa sœur Inela. L’adolescente participe à un improbable concours de beauté organisé au milieu des combats et des bombardements : la civilisation en lutte contre la barbarie. En 2017, patiné par le temps et les épreuves, Joachim retourne dans l’appartement familial rouennais. Ses souvenirs remontent en bloc. Les silences pesants d’une mère détruite par le chagrin, les colères imprévisibles d’un père taciturne : autant de signes d’un drame qui a scellé le destin de cette cellule familiale. Ingrid Thobois joue avec les époques et souligne les ambiguïtés psychologiques qui marquent les âges : « Écrasés de culpabilité, les enfants n’avaient de cesse de réclamer ce père dont ils auraient préféré qu’il ne revienne jamais ». Une voix narrative omniprésente pose sur les personnages des interprétations d’une finesse édifiante. L’auteure explore les méandres des relations humaines, le douloureux travail de deuil, établit des ponts entre la photographie et la mémoire. Elle pose par la bande des questions sur la littérature : « Plus la mémoire est précise, plus elle ment. Il n’est de souvenir réel que morcelé, flouté, recomposé ». C’est là le principe fondateur de ce roman tout en évocations. Il en demeure une ligne brisée, pourtant ligne de vie continue, qui résume à elle seule le parcours de Joachim. Une biographie fractale qui tente de définir pour tout un chacun des raisons d’avancer.

Franck Mannoni

Miss Sarajevo d’Ingrid Thobois
Buchet-Chastel, 224 pages, 16

Le Matricule des Anges n°196 , septembre 2018.
LMDA papier n°196
6.50 €
LMDA PDF n°196
4.00 €