La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Codine

janvier 2019 | Le Matricule des Anges n°199 | par Yann Fastier

Si rien, pas une ligne n’est à jeter de l’œuvre ardente de Panaït Istrati (1884-1935), Codine en est certainement l’une des pierres angulaires, l’un des textes qui l’exprime à lui seul de la façon la plus intense. Parmi les nombreuses figures de mentors que compte la littérature, celle de Codine est l’une des plus puissamment dessinées, l’une des plus tragiques aussi. Ex-bagnard, terreur du quartier de Braïla où s’est échoué avec sa mère le jeune Adrien Zograffi, double littéraire de l’auteur et narrateur de cette longue nouvelle, le géant Codine se prend rapidement d’amitié pour ce garçon dont la pureté de sentiments lui fait entrevoir une lueur d’espoir dans la noirceur et la bassesse dont lui-même fut entouré depuis toujours. Constamment rattrapé par le malheur, Codine, malgré les apparences, n’en est pas moins fondamentalement bon, ce dont le jeune Adrien ne doute pas un instant, jusqu’à devenir son confident et « frère de croix » à la vie à la mort. Une mort qui ne tarde évidemment pas : excessif, violent, passionné, Codine est l’un de ces personnages « plus grands que la vie » dont Panaït Istrati ne cessera de chanter le destin pathétique dans un monde trop étroit pour eux. C’est encore le cas de l’oncle Dimi, ivrogne et malchanceux ou bien celui de Kir Nicolas, pâtissier albanais dont Istrati fut un temps l’apprenti, et dont les histoires encadrent celle de Codine, comme un triple prologue à l’une des œuvres littéraires les plus authentiquement fraternelles du XXe siècle. Ce dont le XXIe semble d’ailleurs enfin s’apercevoir, entre une récente édition des Œuvres (Libretto) et une passionnante biographie dessinée de l’écrivain, par Golo (Actes Sud).

Yann Fastier

Codine
Panaït Istrati
Libertalia, 146 pages, 8

Le Matricule des Anges n°199 , janvier 2019.
LMDA papier n°199
6.50 €
LMDA PDF n°199
4.00 €