La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Bulles de savon, de Kurt Tucholsky

janvier 2019 | Le Matricule des Anges n°199 | par Yann Fastier

Pour avoir été témoin de l’incroyable succès d’un minable travesti de cabaret, la jeune Barbara s’avise que son androgynie naturelle pourrait bien la sortir de la mouise. Un coup de peigne, quelques vêtements laissés par son frère et elle devient Paulus, un jeune homme aux manières délicates dont le spectaculaire numéro transformiste fait soudain courir le Tout-Berlin. Monsieur Paulus devient la coqueluche de ces dames et de Gregor qui, plutôt porté sur les femmes, se demande bien ce qui lui arrive : voilà qu’il « aime Paulus parce qu’il ressemble à une femme qui ressemble à un homme qui ressemble à une femme » ! S’ensuit un imbroglio de situations ambiguës et cocasses, jusqu’au dénouement final qui verra chacun retrouver sa chacune, comme une ultime concession à la morale du temps, joyeusement écornée jusque-là.
Ce devait être un film et ça l’a été d’une certaine façon puisque l’on ne peut lire ce scénario inédit de 1931 sans penser à Victor Victoria de Blake Edwards, lui-même adapté de Viktor und Viktoria, tourné par Reinhold Schünzel en 1933. Est-ce le hasard ou bien l’air du temps ? La thématique est à peu près la même : celle d’un « trouble dans le genre » au cœur de cette République de Weimar qui vit se développer une riche scène culturelle homosexuelle, au point que l’on put faire de Berlin l’une des capitales européennes de l’homosexualité, dont Tucholsky lui-même (1890-1935), journaliste, critique, écrivain bien connu, ne cessa de militer pour la dépénalisation.
S’il n’est pas certain que le cinéma eût beaucoup gagné à un tournage effectif, la littérature, elle, ne se porte pas plus mal de cette pétillante traduction dont les bulles du titre doivent au moins autant au meilleur champagne qu’à la lessive et à laquelle les illustrations très grosziennes de Donatien Mary achèvent de restituer une coloration d’époque, à la fois joliment désuète dans la forme et résolument moderne pour le fond.

Yann Fastier

Bulles de savon, de Kurt Tucholsky
Traduit de l’allemand par Élisabeth Willenz
La Dernière Goutte, 140 p., 13

Bulles de savon, de Kurt Tucholsky Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°199 , janvier 2019.
LMDA papier n°199
6.50 €
LMDA PDF n°199
4.00 €