La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Tristes aïeux

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Éric Dussert

Vaste entreprise d’autobiographie mélancolique à peine fictionnée, l’œuvre du Grec Yòrgos Ioànnou se compose de récits et nouvelles qui le placent parmi les plus grands auteurs grecs du siècle dernier. Né en 1927, décédé en 1985, son existence fut relativement courte, et c’est ici Le Seul Héritage de ses aïeux mâles tous morts entre cinquante et soixante ans. Inspiré et sensible, il fut un artiste subtil au parcours compliqué de guerre et de secret – son homosexualité n’était pas exprimable –, avec, pour viatique, la littérature, un ressort qu’il n’exploitera qu’à l’âge de 44 ans lorsqu’il entreprendra de publier ses récits. À l’égal de la Trieste de Sciascia et de Mattioni, Thessalonique est la ville-muse de Ioànnou qui y trouva ainsi qu’en sa famille les éléments de son œuvre. Celle-ci comme un vaste puzzle ou comme un diaire empreint d’une profonde émotion se déroule comme une longue interrogation existentielle parfois teintée d’ironie ou de perplexité. « Je ferais mieux de commencer à m’y préparer, me dis-je. Mieux vaut s’attendre au pire, pour ne pas être pris de court. Mes ancêtres sont tous morts jeunes et c’étaient tous des gaillards. Qu’en sera-t-il de moi qui n’ai jamais eu de moutons à faire paître, de vignobles à cultiver ni de caïques à manœuvrer, et qui ne sais même pas nager ? »
Son recueil Le Sarcophage précédemment paru à la même enseigne avait dès 1992 était salué pour ces qualités peu ordinaires. Le Seul héritage ne déçoit pas une seconde, laissant en outre une certaine impatience vis-à-vis du travail des traducteurs dont on aimerait, mais ce n’est qu’un vœu, que le beau travail se poursuive vite…

Éric Dussert

Le Seul Héritage, de Yòrgos Ioànnou
Traduit du grec par Hélène Zervas & Michel Volkovitch,
Le Miel des anges, 142 pages, 12

Tristes aïeux Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €