La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue L’empire de la langue

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Emmanuel Laugier

La revue Lignes, fidèle à sa démarche critique, propose un dictionnaire des mots du pouvoir pour rappeler le pouvoir des mots.

Revue Lignes N°62 - Les Mots Du Pouvoir / Pouvoir Des Mots

Les mots, le pouvoir qu’ils se donnent et qu’ils confisquent autant à ceux qui les emploient qu’à ceux qui s’en croient privés par illégitimité (les étrangers, les infans, les mutiques, les sans-voix dits sans-dents), exigent qu’on sache les employer avec discernement et justesse. En faisant qu’aucun abus de pouvoir ne sous-tende leur emploi, mais aussi sans que jamais quelque chose en eux ne soit hystérisé. On a entendu il y a peu, ou lu dans des livres d’expert du langage, des mots employés de façon tout aussi obscène qu’inconséquente, dont celui de « lynchage ». De même que l’expression «  langue de bois  », utilisée pour caractériser l’usage fallacieux, euphémisé, manipulateur, voire la vacuité, entre autres des politiciens (d’abord utilisée en Russie sous l’expression « langue de chêne » pour nommer la bureaucratie tsariste), par-delà ce qu’elle nomme, rappelle Jean-Christophe Bailly, ne doit rien au « bois ». Ce qui n’empêche pas Bailly d’en caractériser le « dobblespeak » et de nommer très ironiquement ce que le mot « excellence » attire à lui : « Localisée dans des “pôles”, l’excellence agit justement comme un aimant, c’est-à-dire qu’elle est faite ou postulée pour attirer le semblable. L’excellence attire l’excellence, la produit et la reproduit. Est excellent ce qui correspond au programme du fétichisme de l’excellence, lequel n’a de sens qu’à se fonder sur l’exclusion et le rejet de tout ce qui n’est pas lui, de tout ce (ceux) qui n’y arrive(nt) pas  ». Toute transaction verbale qui confisque la parole et en absente la relation, rejoue ainsi une violence de classe que la consanguinité élitiste perpétue.
Il existe aussi une utilisation abusive de stéréotypes appelant une vision managériale de la réalité, dont rendent très bien compte certains articles de ce volume : Jacob Rogozinski par l’emploi qu’Emmanuel Macron ne cessa de faire du mot « Bienveillance », comme Yves Dupeux montre bien la falsification opérée par le pouvoir du mot « justice », de celui d’« universalisme », lors de sa mise en œuvre de la réforme des retraites. La romancière Gaëlle Obiégly attaque, quant à elle, ce « nous » dont les politiques se sont emparés comme d’une tarte à la crème, dévoyant la force du pronom et de ses utopies. « Au moyen d’un pronom, un ensemble est planifié. Un ensemble qui unit, qui place à égalité les gens qui ont voté pour lui et ceux qui n’ont pas voté pour lui, un ensemble qui centralise les compatriotes (…). Nous semble généreux. N’est-il pas aussi abusif ? Et même surtout abusif ? »
Quarante-quatre entrées revigorantes, du mot « Peuple(s) » (Gérard Bras) au « Croche-pied » (Olivier Cheval), en passant par « Prendre » (Michel Surya) d’où il sera question de la « prédation et du pillage » dans les régimes démocratiques, de « L’imprononçable : une politique » (Francis Cohen) au syntagme « Violences policières » (Sidi-Mohamed Barkat) constamment repoussé pour permettre « à la politique du capital de régner sans partage en abusant de l’usage de la force », au mot « Institution » (Georges Didi-Huberman) analysé avec grande ampleur, ce volume est un véritable viatique contre les sophismes de tout ordre.

E. L.

Lignes N°62
« Les mots du pouvoir, le pouvoir des mots »,

256 pages, 20

L’empire de la langue Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €