La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel 04 67 92 29 33
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Grand Jabadao

février 2022 | Le Matricule des Anges n°230 | par Anthony Dufraisse

Sous une couverture sympathiquement kitsch – drapeau breton et palette de peinture sur un fond jaune vif –, on découvre un livre réjouissant. Si bien sûr on aime – et c’est notre cas – le genre burlesque armoricain à la sauce KFC (vous comprendrez en lisant). En ce qui nous concerne, on avait laissé son auteur, Jean-Luc Coatalem, en Corée du Nord. C’était en 2013 avec Nouilles froides à Pyongyang, également au Dilettante. Entre-temps, on a vu passer Fortune de mer (2015), Mes pas vont ailleurs (2017) et La Part du fils (2019), ceux-là chez Stock. Coatalem écrit beaucoup – déjà une vingtaine de livres à son actif – et voyage non moins, en sa qualité de grand reporter dans la presse. Nul besoin de passeport pour aborder Le Grand Jabadao – sarabande en jactance locale –, on reste en France, cap à l’ouest, direction le Finistère. En arrivant dans ce bout du monde, un galeriste parisien n’est pas au bout de ses surprises. Est-ce bien un authentique Gauguin, ce tableau qu’on voudrait lui fourguer sous le manteau ? Les revendeurs sont en tout cas des originaux : deux frangins rouquins, l’un handicapé amateur d’échecs et de polars, l’autre vrai poisson dans l’eau option nageur de combat. « Deux petits retraités », ces jumeaux Kerven, mais surtout des « infréquentables ». Le personnage de Coatalem se méfie, de peur d’être baladé et banané. Quant à nous, on se promène dans des paysages bretons, porté par le style impressionniste du romancier. Il sait y faire, côté atmosphère à suspens, et nous on se laisse ballotter avec plaisir. Quand embrouille rime avec barbouille…

Anthony Dufraisse

Le Grand Jabadao,

Jean-Luc Coatalem
Le Dilettante, 188 pages, 17

Le Matricule des Anges n°230 , février 2022.
LMDA papier n°230
6,50 
LMDA PDF n°230
4,00