La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Antonio Lobo Antunes

A propos

Fado Antunes Auteur d’une des œuvres mondiales les plus imposantes du XXe et XXIe siècles, le Portugais António Lobo Antunes poursuit inlassablement son exploration de la condition humaine. Ante et post-mortem. Ancrés dans le sol portugais, ses romans atteignent à l’universalité. Et transmettent à leurs lecteurs une émotion qui n’est pas près de s’éteindre. Un nouveau livre d’António Lobo Antunes est toujours une promesse de fulgurances serties au cœur d’une mélodie mélancolique, faite de ressassements et portée par des voix qui viennent de loin, qui ont connu la camarde et l’ont accueillie en même temps que le murmure des lauriers, le souvenir le plus enfoui de l’enfance, des bribes de conversation. C’est aussi, pour qui a la chance de pouvoir le rencontrer, le rendez-vous parisien dans le quartier de son éditeur Christian Bourgois. On se souvient qu’en 2009, l’homme était volontiers rieur, laissant à ses seuls yeux bleus l’expression...
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153

À voix nue

Écrivain orphéique s’il en est, Lobo Antunes compose des romans qui sont d’abord des blocs sombres d’émotions. Peu enclin à disséquer le cœur battant de cette écriture, il glisse sur les questions qu’on peut lui poser. Mais ses digressions, la sympathie qu’il affiche auprès des humbles en disent peut-être plus que toute tentative d’analyse. On le sait d’avance : António Lobo Antunes ne parle jamais de ses livres. Il n’aime pas ça ou peut-être cela lui est-il impossible. L’œuvre est là qui ne gagnera rien à être paraphrasée, glosée ou travestie. Quant au mystère qui préside à sa naissance, l’auteur est le dernier à vouloir qu’il soit percé. Le dernier peut-être à le pouvoir. Car depuis des années, on avance dans ses livres comme...
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153

Traduire une partition

Traducteur français d’António Lobo Antunes, depuis Mon nom est légion paru en 2011, Dominique Nédellec n’est pas du genre à se mettre sous le feu des projecteurs. D’une humilité qui frise l’arrogance, ce Figeacois accorde le français aux tonalités multiples des voix de Lobo Antunes comme si cette langue coulait de source. Travail d’orfèvre qui permet aux moindres accords de générer une...
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153

Ouvrages chroniqués

Jusqu’à ce que les pierres deviennent plus légères que l’eau
de Antonio Lobo Antunes
2019
Tendu par une force d’évocation hors du commun, le nouveau roman d’António Lobo Antunes se place au cœur d’une œuvre magistrale, titanesque. Il y aurait, pour parler du nouveau roman d’António Lobo Antunes le choix d’une trahison à faire. Raconter l’histoire suppose qu’on adopte un temps narratif : au présent, ce serait évoquer un vieil homme que sa guerre d’Angola obsède et qui attend avec sa femme, que son fils adoptif les rejoigne dans un village du Portugal où est sanctuarisée la tradition familiale. Ce fils-là est noir, a été ramené de la guerre comme on rapporte l’indéfectible marque d’une culpabilité et est affublé d’une femme, « son Excellence » dont le mépris pour son mari se nourrit aux sources d’un racisme...
Thierry Guichard
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205
Que ferai-je quand tout brûle ?
de Antonio Lobo Antunes
2003
En les plongeant au cœur des ténèbres, Lobo Antunes libère ses personnages pour qu’ils flottent à la surface du roman, ombres de nos amours déchues. C’est un fleuve puissant. Peut-être le Tage quand il « finit par se jeter dans l’océan pour s’y perdre dans une sorte de soupir ». On y plonge et nous voilà emportés, délicieusement emportés, non vers l’horizon nu de la mer, mais, à contre-courant vers l’amont. C’est Paulo qui parle d’abord et sa voix est un fleuve qu’on va remonter pour, affluents chargés d’émotions, croiser d’autres voix : celle de Carlos, père présumé et travesti, celle de Judite, mère meurtrie et alcoolique, celles de Madame Helena et de son mari qui élèveront l’enfant sans identité dans une maison où les photos...
Thierry Guichard
octobre 2003
Le Matricule des Anges n°47
Mémoire d’éléphant
de Antonio Lobo Antunes
1998
Traduit en français pour les éditions Christian Bourgois, le premier roman d’António Lobo Antunes, Mémoire d’éléphant, devrait sortir en 1997. Sa parution concluera la première trilogie de l’écrivain à laquelle sont rattachés Le Cul de Judas et Fado Alexandrino. Voici les premières pages du premier roman du Portugais. Il travaillait dans l’hôpital où son père avait exercé et où très souvent, pendant son enfance, il l’avait accompagné : un ancien couvent avec, sur la façade, une horloge de mairie de village, une cour aux platanes rouillés, des malades en uniforme errant au hasard abrutis par les calmants, le sourire gras du concierge retroussant ses lèvres vers le haut comme s’il allait s’envoler : de temps en temps, métamorphosé en encaisseur, ce Jupiter aux visages successifs surgissait devant lui au coin de l’infirmerie, sa serviette en plastique sous l’aisselle, en brandissant un bout de papier...
février 1996
Le Matricule des Anges n°15