La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur David Mitchell

A propos

Tombés du ciel Le premier roman de David Mitchell avait surpris par le mélange des genres auquel il s’adonnait. L’auteur récidive avec « Cartographie des nuages », un livre composé de six récits allant du journal de voyage façon XIXe siècle, jusqu’à la plus pure science-fiction. Six manières de dire que l’Homme court à sa perte. La virtuosité du premier roman de David Mitchell, Écrits fantômes, avait suscité l’enthousiasme. Ce roman choral mettait en scène toute une panoplie de personnages réels ou virtuels, évoluant dans des univers rendus par un style chaque fois nouveau. Comme on ne change pas une formule qui marche, David Mitchell poursuit son exploration de ce mode de construction du récit. Cartographie des nuages, son deuxième livre à être traduit en français (il en a déjà écrit deux autres), se structure par l’emboîtement de six histoires adoptant autant de styles différents. Chacune est un petit bijou du...
mai 2007
Le Matricule des Anges n°83

Ouvrages chroniqués

Slade House
de David Mitchell
2019
La structure du roman-puzzle est propice au fantastique. Ainsi David Mitchell compose un ensemble de cinq récits, dont le pivot est la maison du titre : Slade House. En dépit du temps, elle sait garder ses secrets, car tous les neuf ans, depuis 1979 jusqu’en 2015, elle engloutit ses visiteurs derrière sa porte cachée dans une ruelle. Là un jardin florissant, une demeure digne d’un manoir paraissent assurer le bonheur de ses habitants et de ses invités, comme la pianiste qui se voit fêtée. Pourtant ce réalisme, d’abord affecté par l’étrangeté, est de plus en plus perturbé, chamboulé par...
Thierry Guinhut
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205
Le Fond des forêts
de David Mitchell
2009
David Mitchell nous avait habitués à des romans aux formes étonnantes. Écrits fantômes reliait des récits par une structure géographique, quand Cartographie des nuages le faisait au moyen de divers archipels temporels. Il est ici nettement plus traditionnel. Au risque de proposer le roman autobiographique obligé de l’enfance s’ouvrant à l’adolescence. Mais il n’est pas facile d’être incompris. Par ses parents et, pire encore, par ses camarades qui ne jurent que par de stupides valeurs viriles. Le chemin à frayer est jonché d’embûches par les « barbares poilus » parmi lesquels il aimerait...
Thierry Guinhut
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101
Écrits fantômes
de David Mitchell
2004
Traquant les complots planétaires, David Mitchell invente un troublant jeu de pistes qui brouille les destinées individuelles. Recueil de nouvelles ou roman ? Émiettant une dizaine de récits apparemment indépendants, et néanmoins palpitants, qu’un lecteur fureteur peut aborder au gré du hasard, David Mitchell vient nous piéger. Distraitement, il abandonne des bouts de fils épars, des échos inattendus, des liens qui tressent un étrange et incertain réseau. Ce livre fascinant, à tous égards mystérieux, collationne une dizaine de pièces à conviction, chacune prise en charge par des narrateurs à la première personne, forts crédibles et tous différents, sauf le premier et le dernier, venus d’un « Pur »...
Thierry Guinhut
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54