La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Enzo Cormann

A propos

La vraie vie sur scène Illuminé dès l’enfance par l’expérience théâtrale, Enzo Cormann n’a eu de cesse de demander à l’écriture scénique, à la littérature, d’éclairer l’espèce humaine. Pour que le présent se revivifie et accueille le possible d’un avenir commun. Sur la rive droite de la Saône, à Lyon, l’Ensatt (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) accueille, chaque année depuis 1997, des étudiants. Ses 6000 m2 de locaux sont entièrement consacrés au théâtre et à son enseignement. Et, depuis deux ans, un département écriture s’est ouvert suivi par sept étudiants et dirigé par Enzo Cormann. L’écrivain nous reçoit dans une classe qui hésite entre la salle de réunion et salle de cours, avec sa machine à café posée là. L’homme impose une présence souriante et une voix tonique, propose café ou thé, referme son MacIntosh,...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Pour ouvrir la cité interdite

Cinq garçons et deux filles constituent la première promotion du département écriture de l’Ensatt dont l’objectif, pour la première fois en France, vise à former de jeunes dramaturges. Pour Enzo Cormann, « la véritable bonne surprise, c’est que cette promotion est composée de gens très différents. On ne peut pas apprendre à quelqu’un à écrire. Dans ce cursus, nous avons cherché à sauvegarder...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

L’assembleur engagé

Praticien de tous les arts de la scène, auteur d’une œuvre multiple et variée, Enzo Cormann ne cesse de penser le théâtre comme lieu de rassemblement des hommes. Plus pour y bâtir une maison commune, qu’un tribunal souverain. L’homme a de l’élégance et une réelle présence. Ses bras s’écartent du corps pour que les mains saisissent les bords de la table de classe derrière laquelle il est assis. Geste d’embrassement, au sens propre, où c’est l’appétit du monde qu’on lit. En pédagogue convaincu et passionné, l’écrivain accompagne ses réflexions (où la pensée marxiste a laissé l’empreinte de son lexique) de...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Ouvrages chroniqués

Cairn
de Enzo Cormann
2003
Quelle représentation du monde le théâtre peut-il mettre en jeu aujourd’hui ? Enzo Cormann place avec "Cairn" un nouveau jalon dans dans sa tentative d’affranchissement. En montagne, un cairn est un monticule de pierre édifié par des explorateurs, des alpinistes pour marquer un repère, indiquer un passage. Dans la nouvelle pièce d’Enzo Cormann, c’est le nom de son personnage principal. La pièce est construite en trois temps, un prologue où l’on voit Cairn enfant, à l’école primaire. Il est en train de recevoir des coups de règle sur les doigts pour ne pas connaître sa table de multiplication. Lorsque le directeur survient pour lui annoncer la mort de son père à la guerre d’Algérie, l’enfant dans une ultime confrontation avec le maître, demande seulement...
Laurence Cazaux
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44
Berlin, ton danseur s’appelle la mort
de Enzo Cormann
2005
La première pièce d’Enzo Cormann, du moins « la première qui compte » selon son auteur vient d’être rééditée, entièrement remaniée par l’écrivain pour la « débarrasser des nombreux défauts » de la première version. Cette pièce est totalement bouleversante et terrifiante de par la violence qui s’en dégage. Gretl, une jeune chanteuse allemande, vedette de cabaret, va voir sa vie saccagée par le nazisme. La guerre est finie, et Gretl se sent « comme le mort sous la terre en attente de résurrection ». La pièce est conçue comme un flash-back qui pose cette question : comment surmonter...
avril 1994
Le Matricule des Anges n°8