La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Georges Hyvernaud

A propos

Les leçons de Georges Hyvernaud À la fois corrosive et ironique, l’œuvre de cet écrivain quêteur de vérité brille par son intransigeance. Longtemps délaissés, ses livres éliminent les toxines. De la voix indignée de ce farouche défenseur des droits de l’homme résonne une vibrante intelligence du cœur. Réédition des Carnets d’oflag. Connaissez-vous Georges Hyvernaud ? Peut-être incongrue aujourd’hui (quoique des librairies continuent superbement à ignorer ses livres), cette question a gardé toute sa pertinence durant trente ans, période au cours de laquelle l’écrivain, à l’instar de nombreuses plumes de l’immédiate après-guerre, est tombé dans les oubliettes de la littérature française. Quelques jours après son décès, le 24 mars 1983, un seul critique, Jean-José Marchand, dans La Quinzaine littéraire, salua son travail, la portée de son œuvre, assurément à ranger aux côtés des plus éclairantes de ce demi-siècle. Une...
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29

Ecrire

Ecrire, pour des raisons diverses, il l’avait toujours fait depuis sa jeunesse. Mais au camp, en 40, ce fut indispensable : l’antidote nécessaire aux contagions multiples, à toutes les « mauvaisetés » que diffusait, sournois, inévitablement, le système dégradé de cet univers clos. « Les écrire pour ne plus les penser », et « se laver de cette sueur, de cette crasse ». Écrire donc pour...
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29

Musical Hyvernaud

Esprit curieux, ouvert sur le monde, Georges Hyvernaud était convaincu que la rencontre avec les livres est riche de possibilités, de révélations, de prolongements. Certes, mais peut-être pas au point d’imaginer qu’un jour la scène rock s’intéresserait à son travail. Le guitariste du groupe Noir Désir, Serge Teyssot-Gay, a décidé en effet d’enregistrer un disque autour de La Peau et les os....
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29

Ouvrages chroniqués

Plein chant N°61-62 (Georges Hyvernaud)
de Georges Hyvernaud
Un numéro de la revue Plein chant (témoignages, inédits, oeuvre critique) et la réédition de Le Wagon à vaches : un double hommage à celui qui racontait la condition humaine avec une infinie authenticité. C’est souvent la même histoire quand il s’agit d’écrivains avec lesquels on se sent proches et que les manuels ont négligés. On a tendance à vouloir les réhabiliter, en consignant leurs témoignages, pour qu’ils assurent eux-mêmes leur propre défense. On décortique les textes, on fouille l’oeuvre, on recense leurs humeurs, à la recherche de quelques vertes sentences, pleines de ressentiments sur la médiocrité de leurs contemporains. Avec Georges Hyvernaud (1902-1983), la partie est perdue d’avance. « Je ne nourris pas d’illusions. On ne me lira pas dans cent ans, ni dans dix. (…) Triompher...
Philippe Savary
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20
Le Wagon à vaches
de Georges Hyvernaud
1997
Un numéro de la revue Plein chant (témoignages, inédits, oeuvre critique) et la réédition de Le Wagon à vaches : un double hommage à celui qui racontait la condition humaine avec une infinie authenticité. C’est souvent la même histoire quand il s’agit d’écrivains avec lesquels on se sent proches et que les manuels ont négligés. On a tendance à vouloir les réhabiliter, en consignant leurs témoignages, pour qu’ils assurent eux-mêmes leur propre défense. On décortique les textes, on fouille l’oeuvre, on recense leurs humeurs, à la recherche de quelques vertes sentences, pleines de ressentiments sur la médiocrité de leurs contemporains. Avec Georges Hyvernaud (1902-1983), la partie est perdue d’avance. « Je ne nourris pas d’illusions. On ne me lira pas dans cent ans, ni dans dix. (…) Triompher...
Philippe Savary
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20