La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Goliarda Sapienza

A propos

La vie immédiate De victoires en échecs, d’échecs en reconquêtes, Goliarda Sapienza (1924-1996) dévore la vie – et l’écrit. Au-delà du célèbre L’Art de la joie, elle nous offre une œuvre multiple et multiforme, fruit de la persévérance. Suivons-la en ses combats renouvelés. À peine éveillée, elle se préparait une cafetière de trois tasses et l’emportait dans sa mansarde (…) en même temps qu’un paquet de cigarettes Muratti. Là-haut l’attendait un fauteuil bas, bien rembourré, et une marée de feuilles tout autour : c’étaient les notes qu’elle disposait dans un ordre bien à elle, étalées par terre afin de pouvoir les observer de son fauteuil. Elle posait sur ses genoux un vieux coffret de disques de 78 tours et commençait à écrire sur des feuilles de papier A4 pliées en deux, qu’elle gardait à l’intérieur du coffret en question. Son écriture menue et très...
juillet 2023
Le Matricule des Anges n°245

Féminin pluriel

Parmi bien d’autres thèmes qui font la richesse de l’œuvre de Goliarda Sapienza, les femmes composent comme une constellation toujours mouvante, une construction toujours recommencée. En compagnie de Manuela Spinelli, découvrons cette communauté qui vient. Il est arrivé, ces dernières années, que certaines commémorations fassent polémique, que certains personnages douteux ne semblent guère les mériter. Nul doute que ce ne sera pas le cas, en 2024, avec le centenaire de la naissance de Goliarda Sapienza. Le programme s’annonce copieux, sous l’égide du Tripode bien sûr. En écho à la parution de Destins brisés, Arte diffusera un documentaire de...
juillet 2023
Le Matricule des Anges n°245

Survol d’une œuvre en archipel

Un archipel est un ensemble d’îles relativement proches les unes des autres. La proximité se double le plus souvent d’une origine géologique commune, en général volcanique. Le terme et l’idée d’archipel, pour définir l’œuvre unitaire et disparate, intermittente et faite de profondes imbrications et de continuité souterraine de Goliarda Sapienza, ne sont pas de moi. Ce mot surgit dans la seconde page du petit texte d’Angelo Pellegrino paru au Tripode en 2015 Goliarda Sapienza, telle que je l’ai connue. Sa justesse frappante fait qu’il a été souvent repris. Je...
juillet 2023
Le Matricule des Anges n°245

Ouvrages chroniqués

Université de Rebibbia
de Goliarda Sapienza
2013
En 1980, Goliarda Sapienza fait un séjour en prison pour un vol dérisoire : elle y découvre d’autres femmes, désespérément vivantes, et se retrouve elle-même. L’Art de la joie fut, en 2005, une des révélations des éditions Viviane Hamy (voir Lmda N°68). Ce superbe portrait d’une femme dans le siècle connut la consécration en Italie seulement après ce succès français. Goliarda Sapienza, quant à elle, était morte en 1996. Les éditions Le Tripode ont décidé de poursuivre cette découverte et, en quelque sorte, de lui rendre une justice posthume en éditant l’intégralité de ses œuvres (ce volume nous offre, en guise de postface, une dizaine de pages biographiques, contenant documents et photographies). En 1980, Sapienza, moralement affaiblie par...
Thierry Cecille
novembre 2013
Le Matricule des Anges n°148
Miroirs du temps
de Goliarda Sapienza
2024
En guise de cadeau d’anniversaire, trois nouvelles pièces pour le puzzle toujours recommencé de l’auteure de L’Art de la joie. Nous avions osé l’anticiper quelque peu dans notre numéro d’été (voir Lmda N°245) : c’est en cette année 2024 que nous pouvons fêter le centenaire de Goliarda Sapienza. Elle mentionna souvent cette date de naissance – 1924 – comme une marque indélébile, un signe fatal : naître sous le fascisme (Mussolini arrive au pouvoir en 1922) de parents socialistes, surveillés par le régime, orienta, dès l’abord, toute son existence. Rebelle et marginale (son drôle de prénom se rattache aux goliards, sorte d’étudiants errants au Moyen Âge), auteure un temps remarquée puis empêchée puis, après sa...
Thierry Cecille
juin 2024
Le Matricule des Anges n°254
Le Fil de midi
de Goliarda Sapienza
2022
avec ce récit enchevêtré d’une analyse douloureuse, Goliarda Sapienza nous offre, une fois encore, un manuel de survie. Nous avions partagé avec Goliarda Sapienza l’apprentissage que fut pour elle l’expérience de la prison (L’Université de Rebibbia), nous l’avions suivie dans ses premiers pas en liberté, dans la Rome des années de plomb (Les Certitudes du doute), nous la retrouvons, cette fois encore, grâce à la fidélité des éditions Le Tripode. Mais la chronologie est bouleversée – comme l’est la narratrice et comme nous le serons durant notre lecture. Nous sommes en effet dans une période bien antérieure à celles évoquées plus haut : en 1962, Goliarda Sapienza a 38 ans, une rupture amoureuse la conduit...
Thierry Cecille
novembre 2022
Le Matricule des Anges n°238
Les Certitudes du doute
de Goliarda Sapienza
2020
En un récit vibrant d’émotion, au cœur secret de la Rome des années de plomb, Goliarda Sapienza clôt son Autobiographie des contradictions. Réédition Il arrive que le succès d’un livre fasse, dans une œuvre, de l’ombre à ceux qui ont poussé à ses côtés. L’Art de la joie, que Goliarda Sapienza mit quelque dix années à écrire, fut enfin édité après sa mort – et lui valut une célébrité internationale. On peut cependant préférer à ces six cents pages, pleines de romanesque, qui composent un éloge sensuel de l’émancipation féminine, ses textes plus franchement autobiographiques, tout aussi vivants mais plus tenus. Le Tripode nous avait déjà permis de lire L’Université de Rebibbia (voir Lmda N°148) : sous ce titre quelque peu provocateur,...
Thierry Cecille
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215
Rendez-vous à Positano
de Goliarda Sapienza
2017
Rendez-vous à Positano, de Goliarda Sapienza Je venais de m’immerger assez longuement dans les Carnets de Goliarda Sapienza (le premier volume et le tout début du second), quand, à la demande de Frédéric Martin, l’éditeur du Tripode, je les ai abandonnés pour Appuntamento a Positano. Le regard que j’avais jeté sur ce livre, le plus classique peut-être, le plus apollinien, de tous ceux de Goliarda – du moins est-ce là ce qu’une approche un peu superficielle, ou un peu rapide, me suggérait – suffisait à m’apprendre qu’une sorte de grand écart m’attendait entre ces deux productions d’un même auteur. Dans l’archipel que constitue...
avril 2017
Le Matricule des Anges n°182
L' Art de la joie
de Goliarda Sapienza
2005
Un demi-siècle de combat sans répit pour accéder à la liberté et à la connaissance de soi : écrivant la vie d’une femme hors du commun, Goliarda Sapienza façonne un écrin romanesque torrentiel et baroque. S’engageant dans un roman et a fortiori si son auteur est inconnu de lui, le lecteur est souvent tenté de rassembler autour du livre une famille littéraire accueillante et d’en scruter les visages afin d’établir les parentés, filiations et affinités capables de baliser sa lecture. Avec L’Art de la joie, il n’est pas sûr de parvenir à établir les connexions espérées. Née à Catane en 1924, fille de Maria Giudice qui fut une proche d’Antonio Gramsci Goliarda Sapienza a mené une carrière de comédienne au théâtre et au cinéma avant de s’atteler à son œuvre autobiographique et romanesque. En...
Jean Laurenti
novembre 2005
Le Matricule des Anges n°68