La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Henry Bauchau

A propos

Un don de présence Poète, dramaturge et romancier, Henry Bauchau défie les lois de la pesanteur. À travers les expériences douloureuses de son narrateur, Le Boulevard périphérique éveille le lecteur à son inaliénable et non moins précieuse « condition mortelle ». Dans « Chemins d’errance », un des essais de l’éclairant L’Écriture à l’écoute, Henry Bauchau énonce ceci que le « poète suscite l’écriture qui ensuite le soutient et le guide dans son parcours aveugle. » Si elle ne doit rien à la préméditation, l’œuvre de l’auteur d’Œdipe sur la route sous-tend une cohérence dont la prise en compte des exigences de l’inconscient répond. Une œuvre dans les profondeurs poétiques de laquelle mythe personnel, mythes antiques et grandes figures historiques se mêlent. Subtile variation sur le cheminement intime, Le Boulevard périphérique descelle les portes...
janvier 2008
Le Matricule des Anges n°89

Ouvrages chroniqués

L' Enfant bleu
de Henry Bauchau
2004
Comme il est nécessaire, face à certains paysages, d’accommoder notre regard, pour qu’il ne s’y perde pas, il faut, pour entrer dans certains romans, accommoder notre lecture : la difficulté vient ici à la fois d’un certain traitement de la temporalité romanesque, et d’un ton, d’une voix narrative, propres à nous désarçonner. L’Enfant bleu relate la cure que suit, pendant plus de douze ans, Orion, au début adolescent, auprès de Véronique, analyste dans un hôpital de jour parisien : elle écoute, patiemment, avec dévouement même, ses bribes de récit, prend note de ses « dictées...
Thierry Cecille
septembre 2004
Le Matricule des Anges n°56
Théâtre complet - Reine en amont, Gengis Khan, Prométhée enchaîné
de Henry Bauchau
Ce n’est pas dans les pages d’un livre ou sur les pierres des tombeaux que j’ai rencontré Gengis Khan, mais là où, quittant l’histoire pour le mythe, certaines grandes figures pénètrent dans nos rêves, dans le patrimoine commun de nos frayeurs et de nos désirs", écrit Henry Bauchau dans une préface de Gengis Khan. Cette réflexion pourrait tout aussi bien s’appliquer aux autres pièces de ce Théâtre complet. Henry Bauchau n’y traite que de grands mythes : Gengis Khan, Prométhée ou Alexandre le Grand. Dans La Reine en amont, après avoir découvert que Jules César avait été l’auteur...
Laurence Cazaux
décembre 2001
Le Matricule des Anges n°37
Antigone
de Henry Bauchau
2001
Né en 1913 en Belgique, Henry Bauchau a publié des romans et de la poésie avant de connaître une consécration internationale avec Œdipe sur la route (1990) et Diotime et les lions (1991, chez Actes sud également). Antigone continue cette relecture des mythes dans un long monologue qui ne prend fin qu’à la mort du corps d’Antigone. Car le corps semble être le seul « bien » périssable de la fille d’OEdipe revenue à Thèbes pour tenter d’éviter une lutte entre ses deux frères, et fils de Jocaste : Polynice et Étéocle. Entrer dans ce roman ne demande pas de réviser ses connaissances en matière...
Marc Blanchet
novembre 1997
Le Matricule des Anges n°21
Etés, journaux
de Henry Bauchau
Né en 1913 en Belgique, Henry Bauchau a publié des romans et de la poésie avant de connaître une consécration internationale avec Œdipe sur la route (1990) et Diotime et les lions (1991, chez Actes sud également). Antigone continue cette relecture des mythes dans un long monologue qui ne prend fin qu’à la mort du corps d’Antigone. Car le corps semble être le seul « bien » périssable de la fille d’OEdipe revenue à Thèbes pour tenter d’éviter une lutte entre ses deux frères, et fils de Jocaste : Polynice et Étéocle. Entrer dans ce roman ne demande pas de réviser ses connaissances en matière...
Marc Blanchet
novembre 1997
Le Matricule des Anges n°21