La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Hubert Mingarelli

A propos

L'inventeur d'arches Arrivé à l’écriture par le chemin du dessin et le désir du voyage comme d’une fuite, Hubert Mingarelli rassemble dans ses fictions ce que l’on peut sauver des hommes. Pour lui-même d’abord, pour nous ensuite qui trouvons dans le dépouillement de ses romans, le poids léger de notre supplément d’âme. Sur la route Napoléon en Isère, dans la montée de Laffrey, les automobilistes scrutent les nuages au niveau des travaux d’agrandissement de la chaussée. Ils sont comme Horacio dans La Beauté des loutres : ils craignent que la neige ne tombe, bien qu’on soit en avril, et rende dangereuse la circulation. Plus loin, les trois lacs réfléchissent la lumière des champs de neige qui les entourent. Il y a quelques jours seulement, on aurait pu voir un petit bateau muni d’une voile canoter d’une rive l’autre. C’est un misainier à la coque sombre et luisante, bordée d’un liseré blanc et d’une bande...
mai 2005
Le Matricule des Anges n°63

Voyage au bout de la nuit

C’est un fil ténu que la narration de ce onzième roman d’Hubert Mingarelli. Des soldats rebelles sont entrés dans la maison de José Alvaro Cruz pour y voler une paire de bottes. Leur chef en effet, Raphaël Vallejo, avait perdu une de ses semelles. Difficile de marcher ainsi, vers les montagnes, pour échapper à l’armée régulière. Devant la maison de José Alvaro Cruz, Vallejo et ses hommes...
mai 2005
Le Matricule des Anges n°63

Sauver les âmes

Écrivain de la phrase juste, Hubert Mingarelli cherche dans ses personnages une forme de Rédemption pour toute l’humanité. Son écriture, au bord du silence, cerne minutieusement les failles de chacun et trouve dans une éthique irréprochable la lumière nécessaire pour avancer. Sans esbroufe. On sait la parole rare chez lui. Pourtant, c’est avec beaucoup de disponibilité qu’Hubert Mingarelli a accepté de répondre à toutes nos questions, ponctuant la plupart de ses phrases par une adresse à son interlocuteur : « Tu vois » ou « tu comprends ». Et regrettant aussi souvent de ne dire, d’après lui, que des évidences. On sait l’exercice difficile : ses livres sont tendus comme le fil du...
mai 2005
Le Matricule des Anges n°63

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


L' Homme qui avait soif
de Hubert Mingarelli
2014
Lmda N°151 Avec une économie de moyens qui fait sa signature, Hubert Mingarelli dépose à nouveau son lecteur à la source des émotions : au chevet de l’enfance. Certains écrivains, on le sait, ne cessent d’écrire toujours, peu ou prou, le même livre. Comme si la source intarissable appelait à elle les mêmes narrations, les mêmes images, les mêmes silences. Les romans peuvent d’ailleurs se rejoindre pour ne former au final qu’un seul corps ou ne jamais se recouper et le corps alors est dessiné peut-être par ce qui les a séparé, comme en creux....
Le survivant
mars 2014
La Lettre de Buenos Aires
de Hubert Mingarelli
2011
Lmda N°123 Écrites à la lisière du silence, les neuf nouvelles d’Hubert Mingarelli renvoient l’homme à une solitude originelle, peuplée seulement du souvenir de quelques-uns, rencontrés au bord de la route. Il entre de la grâce dans cette manière avec laquelle Hubert Mingarelli impose l’évidence d’une voix. Comme si chaque narrateur, ici, avait trouvé le ton de la confession, sans afféterie, sans épanchement, le plus simplement du monde. Nous sommes dans une forêt, au pied des montagnes, sur le pont d’un bateau, dans le no man’s land d’une ville portuaire, en des lieux nommés ou non, mais...
Marins à terre
mai 2011
La Promesse
de Hubert Mingarelli
2009
Lmda N°105 Avec une économie de moyens qui fait sa signature, Hubert Mingarelli pousse son embarcation au plus près de l’amitié masculine quand elle est de l’amour. Avec pudeur et délicatesse. Les livres d’Hubert Mingarelli sont souvent de constitution fragile. La narration s’y avance entre silence et murmure, humble et délicate. Rien de plus beau que les premières pages de La Promesse pour dire cela. On y voit Fedia partir un peu avant l’aube sur son bateau avec lequel il va traverser un lac et remonter une rivière. Il le fera d’abord avec les avirons pour ne pas brusquer la...
La remontée des eaux
juillet 2009