La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Imre Kertész

Ouvrages chroniqués

Dossier K.
de Imre Kertész
2008
Dialogue réflexif entre Imre Kertész et un alter ego intrépide, « Dossier K. » explore les impasses de la gestation d’une œuvre inestimable. Un adolescent vif et un brin naïf est arrêté à Budapest, puis projeté dans le système concentrationnaire nazi ; un homme-fantôme lutte contre le gel d’un état « fonctionnel » dans l’espoir vain de recouvrer son destin : György Köves. Un adolescent âgé de 15 ans est arrêté à Budapest, puis déporté à Auschwitz ; un homme rencontre son destin par la force d’une écriture à la fois soumise et rétive au joug stalinien : Imre Kertész. Quels rapports secrets (ou fictifs) entretiennent l’antihéros d’Être sans destin et du Refus et le prix Nobel de littérature 2002, son auteur ? Voilà le malentendu...
Jérôme Goude
avril 2008
Le Matricule des Anges n°92
Liquidation
de Imre Kertész
2004
Imre Kertész réaffirme sa conviction qu’Auschwitz n’est pas qu’un moment de l’Histoire qui peut être dépassé : avec lui une certaine idée du Mal s’est enracinée dans les consciences, contaminant pour longtemps les valeurs fondamentales de l’Occident. Lorsqu’il a reçu le prix Nobel de littérature en 2002, Imre Kertész travaillait sur un livre dont le titre provisoire était Felszámolás, qui signifie Liquidation. Et c’est sous ce titre que paraît aujourd’hui en français cet ouvrage, le premier achevé depuis la consécration suédoise. Jusque là Kertész, né à Budapest en 1929, était connu pour son roman Être sans destin paru aux éditions Actes Sud, comme l’ensemble de son œuvre traduite de façon magistrale en français. Ce livre fortement autobiographique narrait la déportation à Auschwitz-Birkenau d’un garçon juif hongrois de quinze ans....
Jean Laurenti
mai 2004
Le Matricule des Anges n°53
Le Chercheur de traces
de Imre Kertész
2003
Sur les lieux d’une tragédie jamais nommée, Imre Kertész suit l’enquête d’un émissaire qui lutte jusqu’aux limites de la folie pour que la vérité du mal triomphe de l’oubli. Celui qui s’engage aux côtés du chercheur de traces doit renoncer à effectuer un voyage d’agrément. Émise par l’auteur de Être sans destin, Le Refus ou Un autre -prix Nobel de littérature en 2002-, l’invitation ne saurait comporter la moindre ambiguïté : il s’agit une fois de plus d’approcher la lancinante question du mal et de son inscription dans les êtres, de tremper sa plume dans le noir d’encre de l’âme humaine. Le récit, magnifique et douloureux, prend ici la forme d’une parabole, mais délestée de toute velléité d’instruire ou de rassurer ; nulle situation historique, pas de repère...
Jean Laurenti
juillet 2003
Le Matricule des Anges n°45
Le Refus
de Imre Kertész
2001
Imre Kertész réunit un roman de jeunesse et une chronique de la vieillesse : le livre-bilan d’une existence placée sous le signe de la tyrannie. Dans son admirable Utopie et désenchantement, Claudio Magris fait remarquer avec justesse l’excessif usage littéraire des mots « dérangeant » et « provocant », appliqués à des livres ou à des écrivains qui se révèlent finalement des plus bénins, des mieux intentionnés. Tel n’est certes pas le cas d’Imre Kertész (né en 1929) et de son dernier roman à paraître par chez nous. Qu’on en juge : revenant sur le refus des éditeurs hongrois, au temps du totalitarisme, de publier Être sans destin (Actes Sud, 1998) où il témoignait de sa déportation en tant que juif au camp de Buchenwald, l’auteur...
Eric Naulleau
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Un autre
de Imre Kertész
1999
Témoin et victime des barbaries du siècle, un grand écrivain hongrois se cherche des raisons de survivre. Par le joyeux Imre Kertész. Dernièrement, on me dit souvent que j’ai « changé ». En bien ? En mal ? Je remarque que c’est plutôt en bien et j’ai l’impression que l’on m’en tient rigueur. Ces jours-ci, V. m’a fait des reproches : j’aurais « perdu ma profondeur », je parle de droits d’auteur et de questions matérielles. Comment ? C’est au statut de prisonnier et à l’infantilisme de la dictature que je devrais ma « profondeur » ? Aurais-je vécu quarante ans à l’encontre de ma propre nature, et même simplement à l’encontre de la nature ? Ce n’est pas exclu… moi aussi je constate que j’ai changé, d’une autre manière, il...
Eric Naulleau
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29
Être sans destin
de Imre Kertész
Chronique de la vie d’un jeune juif dans un camp de la mort, ce livre reconstitue une forme de suspense : le lecteur connaît l’histoire, le narrateur, non. Encore un livre sur les camps. Encore les trains, les coiffeurs, le tri, les chambres à gaz, le froid, la douleur, les coups, la faim immense, la vie en veilleuse, la boue. Encore quelqu’un qui va raconter. Imre Kertész choisit de le faire sans recul. Il raconte, sans préjuger de la suite. Et le lecteur constate avec effroi l’étendue de ses leurres. Il décrit ce qu’il voit. Les femmes qui se refont une beauté à l’arrivée du train. Le « double trait d’union ondulé » entre les mots Auschwitz et Birkenau. Le lever du soleil : « C’était beau et tout à fait intéressant. A la maison, à cette...
Haydée Sabéran
juin 1998
Le Matricule des Anges n°23