La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ivar Ch’Vavar

Ouvrages chroniqués

Cadavre grand m’a raconté
de Ivar Ch’Vavar
2005
Comme Rimbaud, qui aimait les « peintures idiotes », Ivar Ch’Vavar cherche à rendre palpable la poésie jusque dans le plus humble, le plus brut, le plus fou. Insensée, admirable, unique l’entreprise que cache cette monumentale Anthologie de la poésie des fous et des crétins dans le nord de la France, signée Ch’Vavar et Camarades. Un livre de plus de 500 pages au format 16 x 23 cm, dont c’est la troisième édition, considérablement augmentée puisqu’elle regroupe 90 auteurs dont la très grande majorité sont des hétéronymes d’Ivar Ch’Vavar. C’est l’aboutissement d’une aventure qui a commencé au début des années 70. Constatant, avec quelques camarades, que depuis Ducasse, Rimbaud, Mallarmé – malgré les tentatives que furent le surréalisme, le...
Richard Blin
mars 2016
Le Matricule des Anges n°171
Le Jardin ouvrier 1995-2003
de Ivar Ch’Vavar
2008
Les revues apparaissent dans l’œuvre de Roberto Bolaño comme les dorsales d’un monde littéraire assez mystérieux. Leurs mentors se métamorphosent en aventuriers, pionniers, héros solitaires. Dans cette optique, comment caractériser Ivar Ch’Vavar ? Magicien, alchimiste, communicant opiniâtre ou chanceux ? Celui qui a eu entre les mains les premiers numéros du Jardin ouvrier mesure le chemin parcouru et s’interroge. Comment une revue composée de quelques feuillets gris, façon catéchisme, écrite en partie en ch’timi ou picard, diffusée à l’arrache (les numéros n’étaient-ils pas échangeables...
Dominique Aussenac
mai 2008
Le Matricule des Anges n°93
Écrit en fumant du belge
de Ivar Ch’Vavar
2001
Ivar Ch’vavar dirige la revue Le Jardin ouvrier. Il publie depuis plus de vingt ans des textes qui, empruntant des circuits parallèles, restent peu connus des lecteurs : une oeuvre importante qui se partage entre ses propres écrits poétiques et la recension et l’étude d’écrits picards -pour exemple, Cadavre grand m’a raconté : la poésie des fous et des crétins dans le nord et la Picardie. Les ressources locales et la teinte underground de son univers et de sa diffusion, pour lui avoir laissé sa liberté, l’ont peut-être empêché, jusqu’ici, d’obtenir l’audience qu’il mérite. Écrit en...
Pierre Hild
août 2001
Le Matricule des Anges n°35