La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jacques Abeille

A propos

Jubilé des contrées En 1982, Jacques Abeille découvrait les jardins fantastiques où poussent les statues. Son « cycle des Contrées » est entré depuis dans l’étroit club des grands livres de la littérature française. Jacques Abeille peut se vanter de connaître un sort éditorial unique : tandis que tant d’auteurs prometteurs, arrogants à la mesure du tonitruant de leur démarrage, mangent la poussière avant d’imprimer leur millième page, il traverse les décennies à dos d’éditeurs sans cesse différents, souvent les plus militants et les plus amicaux, et toujours parmi les plus indépendants. Cette année, il connaît ce que l’on peut appeler un jubilé grâce au Tripode, trente-quatre ans après la publication par Flammarion des Jardins statutaires, premières pierres d’un « cycle des Contrées » désormais...
avril 2016
Le Matricule des Anges n°172

L’ombilic du rêve

Imprégné par l’onirisme noir de l’eau-forte, « Le Veilleur du jour » de Jacques Abeille projette un antihéros au cœur d’un espace urbain dont les murs sécrètent d’étranges symboles. Certains auteurs, parmi les plus exigeants, souffrent de la clandestinité des poètes maudits. En dépit de la diffusion quasi confidentielle de leurs textes, ils s’obstinent à arpenter des terres que seul le sens de l’engagement irrigue. Électron libre et Pygmalion inspiré, Jacques Abeille façonne une œuvre dans les contours géographiques de laquelle l’arborescence du rêve enfante...
novembre 2007
Le Matricule des Anges n°88

Accueillir les voix

Ecrivain discret venu du surréalisme, Jacques Abeille, dont les textes sont hantés par des figures féminines qui nous hantent à leur tour, fait l’apologie de l’aliénation comme chemin vers le génie…. Découvrir les textes de Jacques Abeille vaut bien une enquête dont nous ne pouvons pas rendre entièrement compte. Ce Bordelais a d’abord publié sous pseudonyme (Bartleby par exemple) puis s’est lancé sous son nom dans des œuvres parues chez Flammarion et Zulma tout en citant dans ses livres les ouvrages parus auparavant comme étant ceux d’un autre ! La rencontre avec le surréalisme...
septembre 2000
Le Matricule des Anges n°32

Ouvrages chroniqués

Fins de carrière
de Jacques Abeille
2015
Mises en abyme
juin 2015
Le Matricule des Anges n°164
Article non disponible
Les Jardins statuaires
de Jacques Abeille
2010
Garder les gouffres
novembre 2010
Le Matricule des Anges n°118
Article non disponible
Les Jardins statuaires
de Jacques Abeille
2004
Explorateur d’une étrange province, Jacques Abeille a découvert les jardins fantastiques où poussent les statues. Un chef-d’œuvre. Si l’on ajoutait un bandeau à la réédition du Jardin statuaire de Jacques Abeille, il mentionnerait « Attention : classique » sans être mensonger. Et Bernard Noël ne pas dit autre chose dans sa préface lorsqu’il place le Bordelais auprès de Buzzati, Coëtzee, Gracq ou Puységur (La Grande Bibliothèque, 1984). Premier volume du Cycle des contrées, Les Jardins statuaires (Flammarion, 1982) forme avec Le Veilleur du jour (Flammarion, 1986) et La Clef des ombres (Zulma, 1991) un ensemble énigmatique au charme puissant. Un « rêve éveillé » dit en substance Bernard Noël tant il est vrai que...
Éric Dussert
mars 2004
Le Matricule des Anges n°51