La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Loup Trassard

A propos

Les belles lettres agricoles Écrivain et photographe, Jean-Loup Trassard s’est mis récemment au roman. Ses terres s’en trouvent étendues et le souffle qui les traverse porte en lui l’esprit des morts et le silence des bêtes. C’est comme la bande-annonce de l’été : ciel bleu, chants d’oiseaux, « gendarmes » ces insectes rouges qui courent sur le vert tendre des trèfles et le soleil qui lustre les feuilles des ormes. La Mayenne, en ce mois de mai, fait ce qu’il lui plaît : elle contredit ce que Jean-Loup Trassard écrit de son ciel bas et lourd, de la boue des champs et des ornières profondes des chemins creux. La table de jardin, ronde et blanche, a été sortie devant la maison familiale, un tricycle couché sur l’herbe atteste de la présence des petits-fils et que sa selle attire moins que les cinq chevaux qui...
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54

Bibliographie

Aux éditions Gallimard
La Déménagerie, roman, 2004 Dormance, roman, 2000 Nous sommes le sang de cette génisse, récits, 1995 L’Espace antérieur, souvenirs, 1993 Campagnes de Russie, voyage, 1989 ; Folio 1992 Tardifs instantanés, souvenirs, 1987 Des cours d’eau peu considérables, récits, 1981 L’Ancolie, nouvelles, 1975 Paroles de laine, nouvelles, 1969 ; L’Imaginaire, 1989 L’Érosion...
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54

L’arche de Trassard

Archéologue, Jean-Loup Trassard extrait du sol une langue ancestrale et les gestes oubliés qui mariaient l’homme à la nature. Avec le souci permanent de rendre palpable la trace de ce qui fut, de ce qui disparaît, il restitue toute une civilisation dont on porte, encore un peu, la mémoire. Avec quel plaisir !. Fervent opposant au remembrement qui gomme le paysage, meurtri des pratiques modernes de l’agriculture qui saccagent les sols, c’est pourtant un Jean-Loup Trassard apaisé que nous avons rencontré. La vente de son bétail, le retrait des affaires agricoles y sont peut-être pour quelque chose. Mais on veut croire que la réussite littéraire de ses deux romans n’est pas étrangère à la sérénité de...
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54

Ouvrages chroniqués

Verdure
de Jean-Loup Trassard
2019
On a le Montana qu’on peut et la Mayenne, après tout, vaut bien le Yaak. En tout cas, Jean-Loup Trassard, depuis plus de quarante ans, en défend la campagne familière avec la même passion qu’un Rick Bass sa montagne à grizzlys. À preuve ce nouveau recueil, essentiellement composé d’articles de circonstance qui, tous, témoignent d’une même préoccupation pour un paysage aujourd’hui gravement menacé. Course au rendement, pollution de l’air, du sol et des eaux par les engrais chimiques et les pesticides, l’air est connu depuis les années 70 et reste d’affligeante actualité. Jean-Loup...
Yann Fastier
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205
Le Voyageur à l’échelle
de Jean-Loup Trassard
2006
Nul mieux que Jean-Loup Trassard ne sait l’importance du regard face à l’ordre apparent des choses. Car c’est le regard qui fait le visible comme il fait la photographie et la poésie : question de point de vue, de découpe, d’échelle. Alors, qu’il parte, comme ici, sur les traces laissées par un certain Hippolyte Deume, qu’il photographie la campagne qu’il aime, ou qu’il mette en scène des sites parfaitement circonscrits, c’est toujours amoureusement que Jean-Loup Trassard s’approche de la chair des choses, qu’il arpente les sentiers du sensible, qu’il entre dans cette « autre...
Richard Blin
mars 2007
Le Matricule des Anges n°81
La Composition du jardin
de Jean-Loup Trassard
2003
Avec Jean-Loup Trassard, la composition d’un jardin devient un manifeste discret sur l’art d’écrire et de photographier. C’est encore un bel ouvrage que l’écrivain Jean-Loup Trassard (né en 1933) publie aux éditions Le Temps qu’il fait. La Composition du jardin ajoute un nouvel opus à une démarche que l’on peut qualifier d’attentive, voire méditative, ce qui n’empêche ni l’étonnement et encore moins l’humour. Le texte de Jean-Loup Trassard nous fait entrer dans l’intimité d’un artiste particulier, à une époque qui n’est pas précisée mais sent bon le dix-huitième : « Si Nicolas Bichain de Montigny me pria de vouloir bien me transporter sur place et demanda mon avis avant de signer l’acte qui devait le rendre...
Marc Blanchet
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46
Nous sommes le sang de cette génisse
de Jean-Loup Trassard
1995
Le monde rural est un univers rude et enchanteur. Nous sommes le sang de cette génisse : la terre vue de l’intérieur par Jean-Loup Trassard. Certains écrivains trouvent leur bonheur dans la fugacité et la vacuité du temps qui passe. On dit généralement d’eux que ce sont de fins observateurs de notre époque. Ce ne sont que des marchands d’histoires à consommer sur place et vite périssables. La mode est mauvaise conseillère. D’autres répètent inlassablement la même rengaine, comme une prière, une déclaration, une voix à entendre pour que l’écho s’accroche et laisse une trace durable dans les conciences. Jean-Loup Trassard n’est pas un écrivain à la mode, et il est fort à parier qu’il ne le sera probablement jamais. Comment le...
Philippe Savary
juin 1995
Le Matricule des Anges n°12
Objets de grande utilité
de Jean-Loup Trassard
Ardent défenseur de la ruralité, Jean-Loup Trassard fait chanter avec Objets de grande utilité quelques ustensiles d’intérieur ternis par l’oubli. Son écriture agit comme un lustre. Un nouveau livre contre le temps qui passe. Imaginons quelques instants ce présentateur-vedette, placide et performant, usant de son métier comme personne pour séduire la ménagère de moins de cinquante ans. Notre homme a préparé son texte parfaitement. Quelque chose comme : « Elle est entièrement de cuivre jaune ou laiton. L’embout qui se dévisse et laisse voir la anche se termine par un trou de 9 mm de diamètre où doit s’appliquer la bouche. De là le cornet s’évase, sur 37 cm de long, pour se terminer par un pavillon de 12 cm en diamètre, mais il ne va pas droit (…)  » À la parole, il a aussi ajouté le geste, montré la bonne...
Philippe Savary
février 1996
Le Matricule des Anges n°15