La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jérôme Ferrari

A propos

Ecce homo En très peu de temps, le romancier Jérôme Ferrari a su imposer une œuvre autant radicale que sensible et précise. Le Sermon sur la chute de Rome vient aujourd’hui apporter un écho à toute une œuvre qui ne manque pas de voix. Pour durer. Salué dès parution par la critique, le nouveau roman de Jérôme Ferrari éclaire rétroactivement toute son œuvre. Parce qu’il prolonge une phrase élastique inaugurée avec Un dieu un animal (2009) et qu’il retrouve le bar et le village au centre de Balco Atlantico (2008). Mais surtout parce qu’il pousse, au cœur des ténèbres, une réflexion habitée depuis l’origine de l’écriture et dont on avait salué ici la force et la radicalité présentes dans Où j’ai laissé mon âme (2010, chez Actes Sud comme les deux autres cités). Jérôme Ferrari, et son nouvel opus le prouve, construit donc une œuvre...
octobre 2012
Le Matricule des Anges n°137

Persévérer ou mourir

Le dernier roman de Jérôme Ferrari interroge à nouveau la responsabilité des hommes à vivre debout quand Dieu est mort et quand le siècle s’est consumé. Le Sermon sur la chute de Rome s’ouvre et se clôt sur une photo, prise en 1918, au moment où l’Occident finit de mourir. Elle montre une famille rassemblée dans une cour d’école corse en un cérémonial qui voulait inaugurer le siècle neuf, puisque l’ancien est resté enseveli dans les tranchées de Verdun. Tous ceux qui figurent sur la photographie sont morts au moment où s’ouvre le livre et...
octobre 2012
Le Matricule des Anges n°137

Ouvrages chroniqués

Où j’ai laissé mon âme
de Jérôme Ferrari
2010
En opposant, face à la torture, deux figures d’officiers français pendant la guerre d’Algérie, l’écrivain interroge les limites de l’humanité. Dans une langue à la beauté troublante. C’est un trait implacable et droit, tendu comme le vol d’une flèche décochée à hauteur d’homme. C’est un roman nécessaire comme on aimerait qu’ils le soient tous à la moisson d’automne, sans gras et sans pose, serré tout à la fois autour d’un questionnement et de l’Histoire récente. Deux hommes ici s’affrontent, deux morales, deux conceptions du devoir et de la vie. Celui qui accuse serait, pour nous, le coupable. C’est un lieutenant chargé durant la guerre d’Algérie d’obtenir des renseignements et de ne pas regarder aux moyens de les obtenir. Il s’adresse à son capitaine, André Degorce,...
Thierry Guichard
octobre 2010
Le Matricule des Anges n°117
Aleph zero
de Jérôme Ferrari
2013
En 2002, dix ans avant de recevoir le Goncourt pour Le Sermon sur la chute de Rome, Jérôme Ferrari signait avec Aleph Zéro un troublant premier roman. « Aucune soustraction ne rétrécit l’infini. (…) Il est difficile de comprendre à quel point nous sommes en contact concret avec l’infini. J’en ai pris conscience il y a quelques mois pendant que je surveillais mes élèves qui faisaient une dissertation ». À ce moment-là du livre, le narrateur, un jeune professeur, a comme une illumination en voyant un de ses élèves trancher une gomme en lamelles avec son cutter : « Chaque séparation produit...
Anthony Dufraisse
juillet 2013
Le Matricule des Anges n°145
A son image
de Jérôme Ferrari
2018
En reconstituant la vie brève d’une jeune photographe qu’on enterre, Jérôme Ferrari délivre un roman d’une densité soutenue où se retrouvent les thèmes d’une œuvre tendue par une quête sans fin. Quand se referme À son image, le nouveau roman de Jérôme Ferrari, on ne sait plus trop ce qu’on y a lu. On comprend seulement qu’un livre peut nous jeter à terre puisque c’est ce que font les dernières pages de celui-ci, avec ses longues phrases qui rassemblent les étoiles caniculaires de la Corse et le ciel vide de Sarajevo, un légionnaire que la guerre attire et une photographe qui s’en va vers la mort. On ne sait pas trop ce qu’on a lu parce qu’on n’a jamais pu lâcher un fil narratif qui nous fait suivre Gaston Chérau sur le front de la guerre italo-turque qu’il couvre dès 1911 pour Le...
Thierry Guichard
octobre 2018
Le Matricule des Anges n°197
Un dieu un animal
de Jérôme Ferrari
2009
Parfois, énonçant une parole fulgurante, dérangeante, certains hommes quittent le troupeau. Les pouvoirs religieux, politiques en font alors d’excellents objets de persécution. Il en est ainsi de Hussein Ibn Mansûr El-Hallâj (857-922) qui prônait une union avec Dieu transcendant tout. El-Hallâj sera crucifié, flagellé, démembré, décapité. Tronc incinéré, sa binette sera conservée avec délicatesse dans un « trésor de têtes ». Premier martyr de l’Islam, ses écrits bouleverseront encore pendant des siècles et des siècles. Ses poèmes, l’évocation de son supplice, traversent incandescents le...
Dominique Aussenac
février 2009
Le Matricule des Anges n°100
Aleph zéro
de Jérôme Ferrari
Dans un récit éclaté, Jérôme Ferrari met en parallèle émois, métaphysique et mathématiques quantiques. Une équation envoûtante au résultat caustique. Comment les nouvelles théories scientifiques, celles sur les particules élémentaires notamment peuvent-elles dire le vivant, les émotions, tous les aspects aléatoires de l’être humain, alors qu’elles remettent en cause la plupart de nos connaissances ? Michel Houellebecq dans son deuxième roman avait bien tenté d’une manière assez brouillonne, assez peu convaincante d’écrire sur le sujet. C’est au tour de Jérôme Ferrari, agrégé de philosophie d’un établissement scolaire de Corse du Sud de s’y essayer. Il confronte les théories à des tranches de vies désabusées légèrement délétères dans...
Dominique Aussenac
novembre 2002
Le Matricule des Anges n°41