La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Louis Guilloux

A propos

Cripure et compagnie Dans ce roman déchirant, Louis Guilloux (1899-1980) empoigne un personnage pour mieux saisir l’homme. Un face-à-face bouleversant. Publié en 1935, Le Sang noir trempe ses pages dans la boue de l’Histoire, et plus précisément dans l’événement qui vient alors d’endeuiller l’Europe : la Grande Guerre. Mais Louis Guilloux n’en fait guère qu’une toile de fond, une présence irréelle qui parvient quand même à meurtrir quelques personnages. Sur certaines lèvres, on retrouve bien le nom de Poincarré, celui de Lénine, on entend parler de la Révolution russe, de ce qu’il se passe sur le front, mais de loin, comme si tout cela se déroulait sur un autre continent, dans un ailleurs qui n’en fait pas moins figure d’enfer. Pour...
septembre 2009
Le Matricule des Anges n°106

Louis Guilloux, point d’ancrage

Le sang noir coule toujours à Saint-Brieuc. La maison de pierre claire garde trace d’une œuvre et d’un homme épris d’humanité. La ville de Saint-Brieuc abrita les siècles derniers un vivier d’intellectuels singuliers et brillants. Outre les aînés, Alfred Jarry ou le théologien Jules Lequier, Célestin Buglé, un des inventeurs de la sociologie française, directeur de thèse d’un certain Claude Lévi-Strauss, fut professeur de philosophie au lycée Anatole Le Braz. Georges Palante lui succéda au même poste. C’est là, en...
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98

Ouvrages chroniqués

L' Indésirable
de Louis Guilloux
2019
Dans la petite ville de garnison, un homme soulage les derniers moments d’une vieille femme captive. Louis Guilloux montre comment la mesquinerie se ligue avec le mensonge pour le lui faire payer… Louis Guilloux nous avait laissés avec l’ultime Coco perdu en 1978 dans les limbes de la solitude d’un vieil homme qui a perdu sa vieille. Disparaissant lui-même en 1980, il nous est revenu depuis grâce à des recherches et des carottages dans les fonds d’archives et de la presse : il y eut l’épisode Labyrinthe et Vingt ans ma belle âge en 1999, puis, à nouveau, cet été, un recueil de ses premiers articles nous mettait face au jeune Guilloux tel qu’il est dans les années 1920, énergique noircisseur de pages et plein d’enthousiasme. Né en 1899, c’est l’impétrant qui nous lance à travers le...
Éric Dussert
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201
Vingt ans ma belle âge
de Louis Guilloux
Selon les mots de son ami Albert Camus, Louis Guilloux (1899-1980) fut le « romancier de la douleur ». Deux livres magistraux en ont fait la démonstration, son chef-d’œuvre le roman Le Sang noir que hante la figure maintenant légendaire du philosophe marginal Georges Palante et le singulier « essai de voix » intitulé Coco perdu. L’un comme l’autre, ces écrits mettent en évidence l’absolue solitude de personnages abîmés. C’est dans cette veine si rude de l’art de Guilloux que s’inscrivent les vingt contes et nouvelles publiés sous le titre de Vingt ans ma belle âge à l’occasion du...
Éric Dussert
mai 1999
Le Matricule des Anges n°26
Labyrinthe
de Louis Guilloux
Selon les mots de son ami Albert Camus, Louis Guilloux (1899-1980) fut le « romancier de la douleur ». Deux livres magistraux en ont fait la démonstration, son chef-d’œuvre le roman Le Sang noir que hante la figure maintenant légendaire du philosophe marginal Georges Palante et le singulier « essai de voix » intitulé Coco perdu. L’un comme l’autre, ces écrits mettent en évidence l’absolue solitude de personnages abîmés. C’est dans cette veine si rude de l’art de Guilloux que s’inscrivent les vingt contes et nouvelles publiés sous le titre de Vingt ans ma belle âge à l’occasion du...
Éric Dussert
mai 1999
Le Matricule des Anges n°26