La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Péter Esterházy

A propos

Péter Esterházy, le maître artificier "L’étoile du berger", ainsi peut se traduire le nom d’Esterházy, ne cesse de monter dans le ciel littéraire. Virtuose de l’autofiction, souvent qualifié par commodité de baroque ou de postmoderne, le romancier hongrois conçoit ses livres comme on dispose des leurres. Parution d’Harmonia cælestis. S’il existait une carte en relief de l’Europe littéraire, l’oeuvre de Péter Esterházy s’y dresserait comme l’un des plus hauts sommets du moment. Évidence topographique qui ne saurait cependant aplanir (pesons nos mots avec soin) une difficulté bien connue des montagnards : par quelle face entreprendre l’escalade ? -difficulté encore aggravée par l’obligation faite ici de gagner quelques nouveaux lecteurs, pour l’heure encordés au critique de service, à la cause du grand auteur hongrois. Or, l’époque est aux paisibles randonnées textuelles à travers des paysages doucement vallonnés,...
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38

L’art du contrepied

" Il est bigrement difficile de mentir quand on ne connaît point la vérité." Une formule de Péter Esterházy qui résume autant un art romanesque qu’un art de la conversation. Illustration en questions/réponses avec un adepte du ballon rond. On est au mois de janvier d’une année qui ne reviendra jamais plus. Le Danube charrie de vastes plaques de glace -l’hiver le plus froid depuis un siècle d’après les météorologues magyars et le chauffeur de taxi engagé sur l’un des ponts qui mènent de Pest à Buda. À peine le temps de s’assurer à nouveau que la majesté glacée sied décidément bien à la capitale hongroise, et la voiture parvient...
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38

Bibliographie

Bibliographie * Indirect, Souffles, 1988 * Trois Anges me surveillent, Gallimard, 1989 * Les Verbes auxiliaires du coeur, Gallimard, 1992 * Le Livre de Hrabal, Gallimard, 1994 * Une Femme, Gallimard, 1998 * L’OEillade de la comtesse Hahn-Hahn, en descendant le Danube, Gallimard, 1999 * Harmonia cælestis, Gallimard, 2001
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38

Ouvrages chroniqués

La Version selon Marc : Histoire simple virgule cent pages
de Péter Esterházy
2017
Traductrice de l’œuvre de Péter Esterházy, Agnès Járfás a également transposé en français des classiques de la littérature hongroise comme Kálmán Mikszáth, Áron Tamási, ainsi que l’unique roman de Szilárd Borbély. La Version selon Marc. Histoire simple virgule cent pages vient de paraître aux éditions Gallimard. Fancsikó et Pinta : histoires enfilées sur une ficelle1  : c’est avec ce recueil de nouvelles, en 1976, que Péter Esterházy entre en littérature. Ce sont de jeunes jumeaux aux caractères opposés, mais inséparables qui racontent leurs aventures, leurs rêves, leurs craintes, la désunion de leurs parents. Leur jeu préféré est le foot. Nous y trouvons à l’état embryonnaire des thèmes qu’Esterházy développera ensuite. Jusqu’à son ultime œuvre de fiction : La Version selon Marc. La figure du double, à travers deux frères narrateurs, ouvre et ferme donc son œuvre. L’œuvre esterházyenne se...
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185
Voyage au bout des seize mètres
de Péter Esterházy
2007
Peu avant la coupe du monde de football de 2006, la Süddeutsche Zeitung commande à Esterházy un livre-reportage sur l’Allemagne. Il décide alors d’aborder cette tâche sous un angle particulier : « la figure géométrique pour moi la plus belle et la plus magique du monde, un rectangle spécial, avec des lignes, du vert, oui : un terrain de foot. » On ne sait si le commanditaire aura été satisfait ou s’il aura jugé qu’il y a tromperie sur la marchandise : en effet, l’Allemagne est loin d’occuper ici la première place et ce Voyage au bout des seize mètres est surtout l’occasion d’une recherche...
Thierry Cecille
mars 2008
Le Matricule des Anges n°91