La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Hors-jeu

mars 2008 | Le Matricule des Anges n°91 | par Thierry Cecille

Voyage au bout des seize mètres

Peu avant la coupe du monde de football de 2006, la Süddeutsche Zeitung commande à Esterházy un livre-reportage sur l’Allemagne. Il décide alors d’aborder cette tâche sous un angle particulier : « la figure géométrique pour moi la plus belle et la plus magique du monde, un rectangle spécial, avec des lignes, du vert, oui : un terrain de foot. » On ne sait si le commanditaire aura été satisfait ou s’il aura jugé qu’il y a tromperie sur la marchandise : en effet, l’Allemagne est loin d’occuper ici la première place et ce Voyage au bout des seize mètres est surtout l’occasion d’une recherche du temps perdu, celui de l’enfance, de la jeunesse, dans la Hongrie communiste. Le narrateur, remplissant sa tâche de « journaliste (d’investigation) d’un grand quotidien européen », assiste bien à un match entre des footballeuses sur un terrain boueux de la Saxe profonde ou dérange l’ordonnance toute germanique des cartes des menus à la table d’un restaurant de Francfort : il lui faut alors, en tout ce qu’il observe, remarquer du « tupiche daïtche » (sic !), c’est sa mission et il tente de s’en acquitter - mais sans cesse son esprit s’échappe, les digressions s’immiscent, puis s’installent. À son habitude (voir Lmda N°38 ), il mêle des méditations sarcastiques sur ce que fut son pays sous l’ère Kadar et les souvenirs familiaux : apparaissent alors son père bien sûr (figure-clé de certaines de ses œuvres les plus magistrales), mais aussi son frère, qui fut un footballeur relativement célèbre, alors que lui-même demeurait un honnête joueur « de quatrième division ». L’auto-ironie le dispute à l’humour bienveillant, et la nostalgie parfois l’emporte quand il s’agit par exemple de décrire la dramatique défaite de 1954, face à l’Allemagne précisément. « Il arrive en effet que le visage du sport répande la respiration du pays » et peut-être les succès footballistiques permettaient-ils aux Hongrois de supporter « l’un des régimes politiques les plus répugnants de l’Histoire ».

Voyage au bout des seize mètres de Péter Esterházy
Traduit du hongrois par Agnès Jarfas, Christian Bourgois, 191 pages, 23

Hors-jeu Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°91 , mars 2008.
LMDA papier n°91
6.50 €
LMDA PDF n°91
4.00 €