La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Wajdi Mouawad

A propos

Vers la lumière Artiste associé du 63e Festival d’Avignon, qui se tient du 7 au 29 juillet, Wajdi Mouawad s’apprête à mettre un point final au quatuor qui l’a fait connaître en France. Un cycle théâtral dense, qui raconte la perte et le retour aux origines, interroge le statut de l’altérité, et se nourrit du tragique contemporain. Il a posé cette fois-ci ses valises à Nantes, où la scène du Grand T lui avait proposé d’héberger les répétitions de sa prochaine pièce dans une chapelle reconvertie en salle de théâtre. Un ancien lieu de culte d’autant plus approprié que c’est avec un spectacle appelé Ciels que Wajdi Mouawad s’apprête à clore le cycle d’écriture qui l’occupe depuis près de seize ans. Pour l’heure, il en peaufine les derniers réglages avec son équipe, passe du plateau à la table d’écriture, pressé par les délais, et relativement indifférent à l’ambiance de fête qui a engorgé les rues de Nantes en ce...
juillet 2009
Le Matricule des Anges n°105

Des neurones wajdiens

John Arnold est comédien. Il a travaillé, entre autres, avec Ariane Mnouchkine, Joël Pommerat, Olivier Py… Il a donc l’habitude de collaborer avec des auteurs-metteurs en scène. Wajdi Mouawad lui ayant demandé de participer à la création de Ciels, il nous livre un peu de la singularité de cette aventure. « Le projet a commencé à naître chez Wajdi Mouawad il y a à peu près cinq ans. Quand il...
juillet 2009
Le Matricule des Anges n°105

Avant Avignon

Littoral, Incendies, Forêts, Ciels. Ce sont quatre mots qui m’auront appris à lire, à écrire, à parler, à compter. Ils m’auront appris à penser " écrit Wajdi Mouawad dans Le Sang des promesses. Pour le lecteur spectateur, ces quatre mots-là constituent aussi une aventure intime, avec l’étonnement d’être autant bousculé par une écriture et des spectacles. C’est une fête d’attendre les nuits...
juillet 2009
Le Matricule des Anges n°105

Ouvrages chroniqués

Seuls : Chemin, texte et peintures
de Wajdi Mouawad
2009
Œuvre polyphonique, Seuls nous permet de plonger au cœur du processus de création théâtrale de Wajdi Mouawad. Ce qui est beau avec le théâtre, c’est que parfois il n’existe pas. En ce sens, si Seuls est du théâtre, Seuls n’est pas forcément une « pièce de théâtre ». Tout au plus peut-on dire que Seuls est le titre d’un « spectacle de théâtre » Cette différence, qui n’a aucune importance tant que l’on est debout sur un plateau, dans une salle de répétition ou plus tard en représentation, prend tout son sens lorsque se pose la question de l’édition du texte. Par le passé, cette question ne s’était jamais posée à moi ; le passage à l’édition des textes précédents se déroulait naturellement. Avec...
Laurence Cazaux
février 2009
Le Matricule des Anges n°100
Le Soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face
de Wajdi Mouawad
2008
Wajdi Mouawad réinvente les trois temps de la Thébaïde. La rencontre entre Dominique Pitoiset, directeur artistique du Théâtre National de Bordeaux et Wajdi Mouawad a donné naissance à une entreprise folle et furieuse, une sorte de « Mahabharata grec » selon Pitoiset, qui puiserait à la fois dans les tragédies d’Euripide, d’Eschyle et de Sophocle. Mouawad raconte : « ces lectures (des tragiques grecs) m’ont ramené à cet instant, pour moi, merveilleux et mystérieux entre tous : l’enlèvement d’Europe, à Sidon, en Phénicie, c’est-àdire au Liban ! Sidon où, enfant, j’allais faire des pique-niques avec mes parents, avant la destruction, l’exil, la...
Laurence Cazaux
juin 2008
Le Matricule des Anges n°94
Un obus dans le coeur
de Wajdi Mouawad
2007
Le dramaturge et romancier libanais Wajdi Mouawad retourne les mots pour révéler la renaissance de son héros. Par un hiver rigoureux, un jeune homme de 19 ans, d’origine libanaise, se rend en bus au chevet de sa mère agonisante dans un hôpital de Québec. Ce court texte décrit simultanément le voyage de Wahab et le processus mental, les méandres, les chemins tortueux qu’emprunte sa raison pour pallier, devine-t-on de prime abord, l’affleurement de son inévitable et abyssale douleur à venir. Le récit, une adaptation pour le théâtre du premier roman de l’auteur, Visage retrouvé (Leméac/Actes Sud, 2002), porte une puissance singulière qui lui confère un caractère inattendu. Toute notion d’espace et...
Malika Person
janvier 2008
Le Matricule des Anges n°89
Assoiffés
de Wajdi Mouawad
2007
Avec Assoiffés, Wajdi Mouawad plonge à la source des désirs et des soucis adolescents qui nous fondent dans notre vie adulte. Il livre un texte à la fureur de vivre qui bascule dans l’onirisme et le fantastique. Au fond de l’eau, deux corps ont été retrouvés, ils sont enlacés depuis si longtemps que leurs cadavres se sont mêlés l’un à l’autre. Boon, un anthropologue judiciaire, est chargé d’enquêter sur ces « amoureux étranges ». Il va réussir à identifier l’un des deux corps, Sylvain Murdoch, qui se révèle être un ancien camarade mystérieusement disparu le 6 février 1971. Ce jour-là,...
Laurence Cazaux
mai 2007
Le Matricule des Anges n°83
Visage retrouvé
de Wajdi Mouawad
2003
Ceux qui aiment le théâtre de Wajdi Mouawad retrouveront ici son monde d’enfance, d’exil, traversé de figures oniriques. Ce jeune Libanais évoque la vie d’un petit garçon dont la famille a fui la guerre. Mais en exil, la terreur ne le quitte pas. Ses crises d’angoisse s’enracinent dans un événement traumatique : un bus incendié sous ses yeux et dont les passagers ont brûlé vif. Des flammes a jailli la figure de la femme de bois, symbole de l’horreur, elle le hante sans relâche, le possède. « À elle seule elle était l’éclatement de toutes mes douleurs. Tapie dans tous les recoins de mon...
Caroline-Jane Guyon-Williams
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44