La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Étoile des limites

Ouvrages chroniqués

Alite Ma Non Troppo
de Mathieu Nuss
2019
Avec ce livre au titre énigmatique, Mathieu Nuss, comme il le fit brillamment avec son Arrosé l’arroseur (Rehauts, 2017), nous donne à entendre une poésie en prose dont les inflexions et la densité de perceptions stupéfient. Quel que soit le sujet d’inclinaison de chacun des paragraphes du livre, qu’il soit repéré, précisé ou insituable pour le lecteur, l’exercice du poète alité (?) consiste à ralentir (un poco ma non troppo) les sensations (visuelles et auditives), pour œuvrer à l’assise de leur syntaxe. Y compris lorsqu’une ligne, à la vitesse sidérante, déploie en un minuscule point...
Emmanuel Laugier
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205
Face du son
de Christian Hubin
2017
De l’incandescent sec, des rebonds inverses, du centrifuge extrême. Chez Christian Hubin, le propre, l’impropre, l’identité n’existent pas. On est au bord du temps, avant la division du monde entre objet et sujet, dans un monde fuyant, rendu à sa nudité première. Chaque poème est comme l’ombre scalpée de l’invisible figure du temps. Chaque livre est comme l’intransigeante partition de ce qui se trame dans un espace-temps qui ne se manifeste que sur le mode de l’effleurement. « Que bouger / rétracte. » Tout est modulation vers de l’être encore à être, mouvement d’émergence difficile à...
Richard Blin
octobre 2017
Le Matricule des Anges n°187
L' In-Temps
de Christian Hubin
2020
Une écriture en apnée
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217
Article non disponible
Boxeurs de l’absurde
de Béatrice Bonhomme
2020
Avec du vécu, Béatrice Bonhomme crée de la vérité. Une poésie qui rapproche et redonne au monde sa profondeur charnelle. Une passion très concrète de la vie irrigue la poésie de Bénédicte Bonhomme. Ouverte aux jeux du désir et de l’espace, écartelée entre possession et dépossession, nue, et toujours un peu déportée par le possible qui rôde au fond de l’impossible, sa poésie marie la brisure et l’élan, le manque et l’enfance, le déchirement et l’espérance. Un sang y bat, une langue y bat, qui donnent chair à l’être, à la vie dressée contre l’infinité de la perte et de la douleur. Composé de onze suites dessinant une mosaïque de moments vécus, de choses vues, de paysages méditerranéens, de souvenirs de...
Richard Blin
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211
Pierre-Albert Jourdan : écrire comme on tire à l’arc
de Yves Leclair
2018
Vigile virgilien, Pierre-Albert Jourdan aimait le buissonnier, l’inutile et la méditation. Une poétique de l’humilité qu’Yves Leclair nous aide à redécouvrir. À la question « Pourquoi écrivez-vous ? » Pierre-Albert Jourdan (1924-1981) répondait avec superbe et humilité : « Pour me redresser un peu. » Aussi discret que les livres qu’il publia de son vivant, il eut pour ami René Char, Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Henri Michaux, Paul de Roux, Roger Munier, créa une revue, Port-des-Singes (du nom de « la petite maison provisoire » dans Le Mont Analogue, de René Daumal) et pratiqua toute sa vie la peinture et l’écriture. S’il publia peu, il écrivit beaucoup, laissant une œuvre riche et lumineuse qu’Yves Leclair rassembla en deux tomes aux...
Richard Blin
février 2019
Le Matricule des Anges n°200
Rouleaux
de Christian Hubin
2015
La poésie de Christian Hubin déploie une parole nue, sauvée des tautologies, qui, dans sa nudité aromale et sa concision oraculaire accompagne ce qui ne peut se dire. Ce qui rend unique l’œuvre de Christian Hubin, explique aussi ce qu’elle peut parfois avoir de déroutant, c’est son obstination à dire ce qui ne saura jamais se dire. Une œuvre qui congédie le Moi, le sujet, « l’onanisme poisseux des Moi parcellaires », le « tétanisme de la pensée binaire ». Qui interroge : Qu’est-ce qu’un poème ? « Pour quoi dire. Il n’y a peut-être rien à dire. Et de ce rien montent les seuls mots qui vaillent. » Une œuvre qui s’édifie hors du nom, « dans le différemment – l’à-jamais hors de soi » – au-delà de la pensée, et qui est moins expression que manifestation –...
Richard Blin
octobre 2015
Le Matricule des Anges n°167

Auteurs