La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Miel des anges

Ouvrages chroniqués

Les Histoires sont toujours étrangères
de Dimitris Nollas
2017
Scénariste hors pair, le Grec Dimìtris Nòllas excelle à raconter les épisodes heurtés de la vie des uns et le cheminement des autres. Dimìtris Nòllas est assez connu des cinéphiles : il était avec Tonino Guerra le co-scénariste de L’Apiculteur, le film de Theo Angelopoulos où Marcello Mastroianni cassa la baraque une nouvelle fois en 1986. Ça n’est pas la seule incursion de Nòllas dans le monde du cinéma : en 1993 il a inspiré au réalisateur Nikos Panayotopoulos un autre film, Je rêve de mes amis, dont le moteur reposait sur plusieurs de ses écrits – des récits que l’on retrouve aujourd’hui parmi Les Histoires sont toujours étrangères. Tandis que paraît en Grèce une édition intégrale de ses nouvelles, Dimìtris Nòllas...
Éric Dussert
mars 2018
Le Matricule des Anges n°191
L' Obole et autres recueils
de Collectif , Ilias Ch. Papadimitrakopoulos
2021
Tandis que la revue Brèves consacre sa 117e livraison aux « micro-nouvelles chinoises » (Mo Yan, Lu Xun, Ling Dingnian), Le Miel des anges propose la traduction d’un nouvel ensemble de celles du Grec Ilias Papadimitrakopoulos après Bains de mer chauds (2020). Il n’a pas été surnommé le « maître de la petite forme » pour rien celui qui a déclaré vouloir écrire « avec la sobriété et le sens dramatique d’une inscription funéraire ». Cela le rapproche du Fénéon des Nouvelles en trois lignes, ou, pour ce qui concerne la longueur de ses textes, du Max Aub des Crimes exemplaires. Avec un usage...
Éric Dussert
février 2021
Le Matricule des Anges n°220
Le Sarcophage
de Yorgos Ioannou
2018
Auteur remarquable du siècle dernier, Yorgos Ioannou était une sorte d’ange mélancolique. Il est né en 1927, il est mort en 1985, soit une vie assez courte occupée par la guerre, l’occupation nazie, le fascisme ambiant et toutes sortes de difficultés personnelles. Son recueil de nouvelles – qui sont en même temps des fictions et des fragments d’autobiographie, des réflexions sur la vie et des panoramas de la Grèce moderne et de ses citoyens – avait été remarqué lors de sa première parution en 1992 chez Climats, puis il avait malheureusement disparu des rayonnages malgré son extrême...
Éric Dussert
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195
Le Seul héritage
de Yorgos Ioannou
2020
Michel Volkovitch et Hélène Zervas nous apportent le recueil de textes courts du Grec Yórgos Ioánnou (1927-1985) qui manquait encore à sa trilogie : On a sa fierté (1964), Le Sarcophage (Le Miel des anges, 2018) et Le Seul Héritage (id., 2020). À la fois journal et recueil de proses courtes, l’ensemble des formidables nouvelles de cet étonnant Grec peut prendre sa place légitime dans les lettres du siècle dernier pour les lecteurs francophones. Sous des allures simples mais non exemptes de fièvres et d’ombres, Ioánnou y dit aussi nettement qu’il le peut la solitude, les amours et les...
Éric Dussert
janvier 2022
Le Matricule des Anges n°229
Tous les poèmes
de Constantin Cavafis
2017
Constantin Cavàfis ou Cavafy (1863-1933) est l’un des plus grands poètes de langue grecque du siècle dernier. Avec son parcours à la Svevo, cet « anti-Rimbaud » passa une vie discrète d’employé subalterne auprès de la bonne société d’Alexandrie – ses nuits étaient secrètement vouées à ses amours homosexuelles – mais ne conserva de son œuvre d’avant la cinquantaine qu’une partie minime, relevant d’une maturité tardive mais puissante. « Minuit et demi. Le temps est vite passé/ depuis neuf heures, lorsqu’allumant la lampe,/ je me suis assis. Là. Je suis resté sans lire,/ sans dire un mot....
Éric Dussert
février 2017
Le Matricule des Anges n°180

Auteurs