La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Réalgar

Ouvrages chroniqués

A hauteur de l’ange
de Carole Dailly
2017
Aujourd’hui, maman est morte », écrivait Camus en ouverture de L’Étranger. Poétesse stéphanoise née en 1970, Carole Dailly n’est pas aussi directe mais c’est bien à un face-à-face avec le deuil qu’elle se livre ici, dans ce troisième recueil au Réalgar, après Héritage des silences et Brute, pas pure. Adieux sans cesse ajournés, « tentative de recueillement », la poésie de Carole Dailly se fait prière pour dialoguer avec l’ombre aimée, par-delà le visible, « au-delà des larmes ». Invocation autant qu’évocation, et même convocation parfois quand le manque de l’être cher est à son comble,...
Anthony Dufraisse
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185
Ce serait du moins quelque chose
de Lionel Bourg
2014
Difficile de tourner la page de l’enfance, comme en témoignent en miroir deux récits de Lionel Bourg. Pour un peu il s’en voudrait presque de creuser encore une fois le sillon autobiographique : « pardon, pardon, je mouds toujours le même grain », s’excuse Lionel Bourg dans Ce serait du moins quelque chose, évocation tourmentée de sa prime jeunesse. Lui, l’enfant né à Saint-Chamond, « pays noir », qui voulait à tout prix échapper à la mine passe maintenant son temps à excaver. L’écriture lui est un instrument d’extraction. Il gratte, pioche, fouille cette enfance qui n’a pas été un nid douillet mais un nœud douloureux. Qui étouffe, qui étrangle, encore aujourd’hui. Si longtemps après,...
Anthony Dufraisse
juillet 2014
Le Matricule des Anges n°155
Cristina
de Caloniz Herminia
2020
Récit, roman, prose poétique ? Aucune mention ne l’indique. On entre donc dans ce livre sans savoir ce qu’il est potentiellement mais pas, étrangement, sans appréhension. La peinture de couverture, signée Cristine Guinamand, où le rouge et le sombre contrastent avec le blanc éclatant n’est sans doute pas pour rien dans cet état de confuse inquiétude. Petite enfance, enfance, adolescence, jeunesse, c’est sur cette trame chapitrée en quatre temps que la partition se joue. Le « je » féminin qui s’exprime là a beaucoup à dire de cette vie d’avant sur laquelle il revient comme on hante un...
Anthony Dufraisse
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215
Terminus Schengen
de Emmanuel Ruben
2018
Deux textes abordent, chacun à sa manière, la question migratoire. Migrants, réfugiés, « forçats de l’exil »… celles et ceux qui viennent de si loin jusqu’en Europe nous forcent la main. Bousculant notre douillette réalité, dérangeant notre confort intellectuel, ils s’imposent à nos imaginaires, impriment profondément nos consciences culpabilisées. Preuves en sont deux nouveaux livres, parmi beaucoup d’autres – toujours plus – sur le sujet, qui embrassent chacun à leur manière cette problématique brûlante de chair et d’os, de larmes et de sang : Exploration du flux et Terminus Schengen, respectivement de Marina Skalova et Emmanuel Ruben. À l’origine du...
Anthony Dufraisse
mai 2018
Le Matricule des Anges n°193
Un oiseleur, Charles Morice
de Lionel Bourg
2018
À Saint-Étienne, nulle trace – « aucune rue, pas un square » – ne témoigne aujourd’hui de « l’authentique notoriété » de Charles Morice (1860-1919), à la fin du XIXe sicèle. L’a-t-on bien oublié ce publiciste du symbolisme. Lionel Bourg nous rafraîchit la mémoire dans une évocation à grands traits de cet homme qui aura très souvent tiré « le Diable par la queue ». Désargenté, certes, mais un sens artistique affûté. Bourg nous le montre dans le rôle sinon du découvreur, à tout le moins du passeur. Corbière et Verlaine lui doivent beaucoup. Ni la singularité de Camille Claudel ni celle de...
Anthony Dufraisse
mars 2018
Le Matricule des Anges n°191

Auteurs