La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Seul et en bonne compagnie

novembre 2020 | Le Matricule des Anges n°218 | par Thierry Guichard

Deux livres viennent rendre compte de l’univers poétique de Thomas Vinau, entre prose nerveuse et poésie rêveuse, entre Carpentras et Montana.

Fin de saison

Les Sept Mercenaires

C’est une voix qui se fait entendre. Pas avec un haut-parleur, ce n’est pas le genre de Thomas Vinau. Le garçon préfère les chemins de traverse de la petite (et parfois grande) édition. En neuf ans, ce ne sont pas moins de vingt-quatre titres qui ont pavé un chemin céleste reliant une littérature américaine gouailleuse en diable et les solitudes éparses d’une poésie française en quête d’une fraternité originelle. Un chemin qui relie les membres d’une même famille d’arpenteurs de l’âme humaine.
De la gouaille, le narrateur de Fin de saison n’en manque pas. Survivaliste amateur, le déchaînement des éléments le précipite au fond de sa cave pour échapper à la fin du monde. Dans ce huis clos qu’il partage avec le lapin Cono et un chien plus vieux que celui de Fante, le voilà contraint à un tutoiement qu’il n’adresse qu’à lui-même, potentiel dernier habitant de la planète. Il rassemble ses souvenirs, comme on fait son baluchon. La vie a beau être chienne, au moment de la quitter, tu découvres avoir traversé de vrais moments de beauté, si poignants qu’il faut s’en protéger : « la beauté, quelle enculade ». C’est la nuque de sa femme, Madeleine « où tu voudrais déposer une demande d’asile pour l’éternité », c’est la photo de ses enfants « leurs silhouettes à contre-jour sur la plage, le clair-obscur de leur peau, la mer en argent. (…) s’ils gardent la beauté de ce moment en eux toute leur vie, alors ils seront sauvés pour toujours. » Et c’est peut-être ce qu’il fait alors, ce narrateur : rassembler les fragments de beauté vécus et se sauver pour l’éternité. Le récit, comme la langue de l’écrivain, s’ancre dans le quotidien le plus trivial, le plus merdique (saluons la citation de Jean-Pierre Georges : « On est moins sûr de l’âme que de l’intestin ») pour y semer de tendres éclats de lyrisme, les traces d’une humanité sentimentale. Il y a de la pudeur dans cette manière de rouler la langue comme on roule des mécaniques, de faire du langage grossier le paravent de l’émotion : « quand j’ai donné une claque à mon fils sur un coup de nerfs, j’ai eu l’impression de gerber dans mon propre cœur. » L’homme convoque aussi dans sa cave les artistes et écrivains aimés, ces guides spirituels autant que fraternels. Comme le fait l’écrivain lui-même dans Les Sept Mercenaires dont le format donne une belle place aux dessins de Régis Gonzalez. On n’est pas surpris d’y retrouver, entre prose et poèmes, les figures déjà croisées de Salinger, Bukowski, Brautigan, Carver, Miller, Fante, et Harrison, ces étoiles américaines que l’écriture de Thomas Vinau, rêveusement, ressuscite doucement, comme pour nous consoler de la nuit qui vient.

Thomas Vinau, poète, romancier et nouvelliste, vous publiez deux livres dont Fin de saison. Le roman, contrairement à la poésie, a besoin d’un sujet. En quoi le survivalisme ou la fin du monde était un sujet qui vous intéressait ?
Qui n’est pas intéressé par la fin du monde ? Ça ne date pas d’hier, il y a même une...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°218
6,00 €
LMDA PDF n°218
4,00 €