La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Alfred Eibel

Message Envoyer un message

Articles

Le doute de Minet Les livres de Pierre Minet déroulent une longue interrogation sur lui-même. Fasciné par le Paris de l’entre-deux-guerres, il fut le témoin d’une époque dont il demeure l’irremplaçable franc-tireur. Il serait l’injuste de réduire l’activité de Pierre Minet (1909-1975) à une note biographique telle qu’en présentent les dictionnaires ou le réduire à quelques titres : Circoncision du cœur (E. W. Titus, 1928) et Heures douloureuses (imp. Vavasseur, 1930), un recueil de poèmes, deux romans, L’Homme Mithridate (Gallimard) paru la même année et Histoire d’Eugène (Éditions du Carrefour, 1930). Vingt ans plus tard, en 1947, il publie La Défaite, confessions (Le Sagittaire), ses mémoires, où il raconte sa vie de bohème à Paris à partir de 1926, entre Montmartre et Montparnasse, errant d’un...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60

Branle-bas en Afrique

Pionnier en France des études sur l’Afrique lusophone et le Timor oriental, René Pélissier témoigne à l’abri des médias des affres de la décolonisation dans un registre aussi littéraire que documentaire. Le roman de Gustav Hasford, The Short Timers, traduit par Le Merdier (et adapté au cinéma par Stanley Kubrick sous le titre Full Metal Jacket), raconte la guerre du Vietnam. Moins grossiers, les équivalents bourbier, marécage, marais paraissent plus adaptés à l’entreprise de René Pélissier, historien né en 1935, écrivant sur les guerres coloniales portugaises : Les Guerres grises, résistance...
février 2004
Le Matricule des Anges n°50

André Armandy, aventurier tout terrain

Il s’est distingué dans le roman d’aventure, d’espionnage, policier, fantastique, le livre de voyage et de chasse au gibier migrateur. De par l’étendue des territoires visités, André Armandy (1882-1958) mérite d’être réédité. Comme Pierre Benoit et Maurice Dekobra, André Armandy, de son vrai nom André Albert d’Aguilard, s’adressait à un large public. Son œuvre multiforme comprend bon nombre de réussites. Encore faut-il pour l’apprécier être sensible à la qualité du style, aimer les métaphores et admettre qu’une forme d’écriture dite « traditionnelle » possède un charme qui serait l’équivalent du monde joyeux,...
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40

Le monde désaccordé de Jean-Pierre Martinet

Considéré par Gérard Guégan comme le "successeur de Dostoïevski", l’écrivain et critique noctambule Jean-Pierre Martinet (1944-1993) a laissé une oeuvre parmi les plus noires de la littérature française du XXe siècle. En 1975 paraissait aux éditions Jean-Jacques Pauvert La Somnolence de Jean-Pierre Martinet. Comme bien des premiers romans, celui-ci glissa vite dans les oubliettes faute d’avoir suscité l’intérêt de la critique ou plutôt, serait-on tenté de dire, parce que le monde et sa représentation n’étaient pas conformes à l’idée qu’on se fait habituellement d’un roman. On attend des personnages dignes,...
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36

Faut-il oublier Maurice dekobra ?

Surnommé le "Paul Morand des midinettes", il a été à l’entre guerres le spécialiste du roman cosmopolite. Retour sur un best-seller oublié. Pseudonyme de Maurice Tessier, Maurice Dekobra (1885-1973) a été le plus anglo-saxon des écrivains populaires français, auteur de romans propices aux aventures singulières. Tiré à quatre épingles, parfaitement bilingue, il fréquente la bonne société européenne au Caire, en Chine et aux Indes. Des sociétés fermées qui passent leur temps à jouer au bridge et au poker. Il est l’invité...
septembre 2000
Le Matricule des Anges n°32