La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Lucie Clair

Articles

Notes de ma cabane de moine

de Kamo no Chômei

Notes sans titre : Propos sur les poètes et la poésie

de Kamo no Chômei
Regard d'un sage En 1212, Kamo No Chô mei, poète ermite témoin de son temps composait un joyau de la poésie universelle. Il n’est pas nécessaire d’avoir le goût des affaires humaines pour discerner les puissances des passions qu’elles mettent en œuvre. Du plus profond de leurs abris érémitiques, les poètes japonais médiévaux ont posé sur leurs contemporains et la nature humaine un regard de bonté et d’affliction mêlées, puisé à la source des arcanes du monde. Dans cette période troublée du Japon de la fin de l’époque de Heian (794-1185) où le pouvoir passait des vieilles familles aristocratiques aux guerriers (samouraïs) mais demeurait cloisonné et hiérarchisé, un lettré devait appartenir à un seigneur –...
mars 2011
Le Matricule des Anges n°121

Immersion

de Alain Fleischer

L' Accent, une langue fantôme

de Alain Fleischer

Au bain révélateur

Par la douceur aquatique d’une langue image, Alain Fleischer nous offre un livre de chair ouverte, pour rendre corps à une langue première. Préparez-vous à une plongée inégalée dans la matière même de l’écriture. Cette Immersion commence comme un roman. À la réception de l’hôtel Hungaria du Lido, face à Venise, « capitale de la survivance » et ville figée dans l’attente de son livre à venir, l’écrivain-photographe David Fischer (ombre portée de l’auteur) retrouve en Vera, jeune danseuse aquatique tchèque, l’exact sosie de Stella,...
octobre 2005
Le Matricule des Anges n°67

L' Œil nu

de Yoko Tawada

Train de nuit avec suspects

de Yoko Tawada

Terres étrangères

En deux livres, Yoko Tawada nous offre un regard aigu et réjouissant sur notre perméabilité au monde et aux autres. L’altérité est une terre étrangère que l’on peut observer de loin, à la jumelle quitte à ressentir le vertige du grossissement ou vouloir arpenter jusqu’à s’y sentir perdu. Deux nouvelles traductions de Yoko Tawada chez Verdier explorent avec talent la subtilité de chacune de ces approches. L’Œil nu part du postulat où la distance serait abolie par l’intermédiaire d’une loupe. Peu de temps...
septembre 2005
Le Matricule des Anges n°66

Blues pour Cadou

de Roland Halbert

Le chant des stèles

Instituteur mal noté comme en témoigne sa fiche d’inspection incorporée en signet, membre du groupe de Rochefort-sur-Loire avec Jean Follain, René Guy Cadou n’attendait rien de sa poésie que le plaisir de la chanter : « Le blues que je chante je le chante pour les mangeurs de citrons ». Le blues que reprend et prolonge Roland Halbert, allant à la rencontre de ce frère en simplicité, mort en...
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65

Adieu Ménilmontant

de Ali Erfan

Compassion idiote

Quand un exilé en quête d’intégration projette son sentiment d’exclusion, ou comment se révèle l’envers des « bons sentiments », par Ali Erfan. Au cœur des intrigues de Ménilmontant, le Ménilmuche d’autrefois continue d’envahir l’histoire des nouvelles diasporas entremêlées. Un photographe y tient sa boutique sans conviction, se croit vaguement amateur et n’ose dévoiler ce qu’il vit comme une imposture mais n’est-ce pas plutôt le reflet de la culpabilité qui l’assaille, d’être là sans parvenir à en éprouver le plein droit, dans ce...
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65